Cécile CORMAU-GOUMAIN

L'action culturelle : diversifier l'offre pour diversifier les publics – répondre à la diversité des publics en diversifiant l'offre

Maître de stage : Maud Devesne
Responsable de la médiathèque,
Médiathèque L'Esplanade – Saint-Yrieix-sur-Charente

stage effectué du 02 janvier 2012 au 30 mars 2013

stucture d'accueil : Médiathèque L'Esplanade – Saint-Yrieix-sur-Charente

publiée en ligne le 08 novembre 2013

Couverture du rapport de stage


Satisfaire et fidéliser ses publics, pour la bibliothèque d'aujourd'hui, ce sont des priorités auxquelles il faut ajouter la recherche de nouveaux publics. La médiathèque de Saint-Yrieix-sur-Charente œuvre dans ce sens en proposant avec un réel dynamisme une programmation d'actions culturelles diversifiées.
J'ai étudié deux autres projets d'actions culturelles avec comme objectif la prise en compte des publics actuels et des publics potentiels.

Satisfying and retaining its public to the library, this a priority which must be added the search for new audiences. The library of Saint-Yrieix-sur-Charente works in this way by proposing with a real dynamic programming of diverse cultural activities.
I studied two other projects of cultural activities with a goal of taking into account the current public and potential audiences.

A la médiathèque l'Esplanade, j'ai bénéficié d'un accueil chaleureux et professionnel qui m'a permis de m'intégrer rapidement au sein de l'équipe, de participer à toutes les missions relevant du métier de bibliothécaire, de rencontrer les différents partenaires de la structure, j'ai pu travailler en toute confiance et découvrir, comprendre un fonctionnement centré sur le public ou plutôt les publics avec comme intermédiaire les collections. Je me suis sentie intégrée dans une équipe déjà constituée mais dans laquelle j' y ai trouvé ma place avec des responsabilités croissantes au fil du stage, preuve de la confiance que l'on m'a accordée.

Pour tout ceci, je remercie sincèrement Maud Devesne, responsable de la médiathèque, mon maître de stage. Je remercie tout autant Frédérique Labrande, Sylvaine Choquet-Chartier, Katia Foureix et Isabelle Agard qui m'ont dès le départ considérée comme une collègue.

Je remercie bien évidemment la municipalité de Saint-Yrieix et particulièrement madame Annette Feuillade-Masson, adjointe déléguée aux actions culturelles.

Mes remerciements vont aussi à Marie Peyrat, professeur référent, qui m'a assistée et prodiguée ses conseils.


Texte intégral

Introduction

1 :
 « Les bibliothèques » d'Anne-Marie Bertrand

« Les bibliothèques sont des établissements culturels. Non seulement par leur contenu (leur collections), mais aussi par leur activité de médiation et de production. Car il s'agit de faire vivre les collections, et non de gérer des cimetières de livres.1 ».

2 :
 « L'action culturelle en bibliothèque »

Depuis une vingtaine d'années, les bibliothèques placent le public au cœur de leurs missions et non plus le document et elles se sont données des axes de réflexion et d'action comme la démystification de la bibliothèque, l'accessibilité à tous, la démocratisation de la culture. Les bibliothèques deviennent des lieux de vie culturelle, les usagers ne viennent pas seulement pour emprunter. Elles développent des programmes d'actions culturelles avec pour objectif de mettre en valeur leurs collections, de cibler de nouveaux publics, de promouvoir la culture. Par ces programmations elles se construisent une identité culturelle au sein de la collectivité. Les animations mises en place favorisent leur rôle dans la médiation entre les publics et la culture autrement que par la mise à disposition de documents et permettent d'autres accès aux savoirs. Bernard Huchet parle de l'action culturelle comme « une valeur ajoutée » pour les bibliothèques mais à condition « de la rendre lisible … de la construire sur le principe d'une politique à long terme, et d'en établir correctement le périmètre pour qu'elle soit profondément le fait et l’œuvre des bibliothécaires. »2

La responsable de la médiathèque L'Esplanade de Saint-Yrieix-sur-Charente et son équipe sont en adéquation avec cette politique culturelle, elles programment, organisent et mettent en place des actions culturelles tout au long de l'année. Les bibliothécaires respectent cet axe de travail, d'une part avec l'ambition de satisfaire et fidéliser leurs publics mais d'autre part avec l'ambition d'élargir leurs publics, tout en développant et en valorisant leurs collections. C'est pourquoi, les actions organisées répondent à ces ambitions, par des animations ponctuelles ou récurrentes, par des animations pérennisées ou novatrices.

Pendant la durée de mon stage, j'ai eu l'opportunité d'assister aux préparations de diverses actions soit en interne avec tout ou partie de l'équipe soit à l'extérieur de la structure avec des partenaires différents. J'ai découvert également la diversité et la richesse des actions programmées, j'ai participé à leur organisation, leur mise en place, leur réalisation, leur évaluation. J'ai pris conscience des missions d'une bibliothécaire, missions assorties d'une multiplicité de tâches à réaliser et de compétences à avoir. Chaque action culturelle décidée et programmée fait l'objet d'une planification précise dans le temps et dans la répartition des responsabilités. J'ai constaté l'impact de ces actions culturelles sur les publics et je n'ai pu que confirmer la pluralité de ces publics et la nécessité de les maintenir au cœur des missions de la médiathèque. Le développement des collections, la pluralité des collections, ne pourra se faire qu'en tenant compte de la diversité des usagers actuels et potentiels de la structure.

Je me suis intéressée ensuite à la possibilité de mettre en place deux actions culturelles différentes et nouvelles pour la médiathèque, en gardant toujours comme objectif d'élargir les publics. Pour le premier projet, le sujet ayant été abordé en réunion d'équipe au mois de janvier, j'ai voulu étudié la faisabilité pour la structure d'une rencontre d'auteurs et la répercussion que cette action pourrait avoir sur les publics en prévoyant un impact large et diversifié. Contrairement au premier, le second projet permettrait de cibler davantage les publics vers lesquels l'action peut être dirigée. Les ateliers d'écriture sont en effet accessibles à plusieurs publics. Il est possible de mettre en place ce genre d'ateliers pour des personnes « lettrées » ou pour des personnes plutôt éloignées de la lecture et de l'écriture, des personnes en situation d'illettrisme.

1. Présentation de la structure

1.1 Environnement de la médiathèque

La commune de Saint-Yrieix sur Charente est située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes), à 4 km au nord-ouest d'Angoulême, tout en faisant partie de son agglomération.

1.1.1. Environnement démographique

3 :
 Source INSEE – Recensement de la population 2010

Les habitants de la commune s'appellent les Arédiens. L'actuel maire est Monsieur Denis Dolimont qui officie depuis 1995. La commune compte 7 317 habitants3 dont 3 334 hommes et 3 644 femmes répartis par tranche d'âge selon le tableau suivant :

Tableau 1 : Répartition de la population par tranche d'âge

0 à 14 ans

15 à 29 ans

30 à 44 ans

45 à 59 ans

60 à 74 ans

75 à 89 ans

90 et plus

Total

Hommes

18,10 %

16,20 %

18,20 %

25,20 %

14,90 %

7,10 %

0,30 %

100 %

Femmes

16,20 %

14,30 %

18,00 %

25,00 %

15,60 %

9,60 %

1,30 %

100 %

1.1.2. Environnement économique

Saint-Yrieix étant située en zone urbaine, l'agriculture n'est représentée que par une importante activité maraîchère, c'est une ville peu industrielle contrairement à d'autres villes de l'agglomération d'Angoulême.

Tableau 2 : Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010

Ensemble

451

100,00 %

Agriculture

25

5,5

Industrie

16

3,5

Construction

62

13,7

Commerce, transport et services divers

283

62,7

Dont commerce, réparation auto

81

18

Administration publique, enseignement, santé, action sociale

65

14,4

1.1.3. Environnement scolaire

Deux groupes scolaires accueillent les enfants, chacun d'eux compte une école maternelle et une école élémentaire :

  • Le groupe scolaire de Bardines avec l'école élémentaire Claude Roy et l'école maternelle La Marelle.

  • Le groupe scolaire de Vénat avec l'école élémentaire Nicolas Vanier et l'école maternelle La Clairefontaire.

1.1.4. Autres structures en faveur des enfants

  • La crèche familiale est un service d'accueil pour les enfants de 10 semaines à 3 ans dont les parents résident sur la commune de Saint-Yrieix.

  • La Halte Garderie accueille dans un cadre verdoyant les enfants de 3 mois à 6 ans et permet des rencontres parents-enfants deux fois par mois.

  • Le centre de loisirs accueille les enfants âgés de 2 à 12 ans pour la journée ou la demi-journée.

  • La Ludothèque est un service géré par le centre social à l'Esplanade, dans le même bâtiment que la médiathèque, c'est un espace de jeux, d'animations, avec un grand choix de jeux à emprunter.

1.2. La médiathèque

1.2.1. L'historique

La bibliothèque a ouvert ses portes en mars 1993, dans une maison appartenant à la mairie, le mobilier et le fonds documentaire de départ entièrement pris en charge par la mairie. La gestion de cet équipement a été confiée à une association créée à cet usage : l’association pour la bibliothèque de Saint-Yrieix., il s'agissait d'une délégation de service public. L’inscription était déjà gratuite ; la bibliothèque recevait annuellement une subvention municipale pour son fonctionnement (personnels + charges + Budget d’acquisition).

Deux salariées étaient recrutées, toutes deux titulaires du diplôme Association des Bibliothécaires de France (ABF). La bibliothèque était intégrée au réseau départemental (Bibliothèque Départementale de Prêt) : une convention Mairie/ Conseil général était signée. Dans les statuts de l’association, il était prévu que la bibliothèque deviendrait un jour municipale et que tous les documents acquis deviendraient propriété de la mairie. Les agents, alors présents sont devenus personnel municipal. La bibliothèque est devenue bibliothèque municipale en 2002.

Elle a intégré le réseau informatique FILEAS (réseau informatique de lecture publique de l’agglomération ) en 2006.

Le projet de création d’un équipement médiathèque-centre social est le fruit d’une volonté politique forte de promouvoir la lecture publique et de permettre l’accès de tous à la culture et à l’information. Le constat d’un déficit d’équipement approprié à cet objectif a été établi, mettant en parallèle le nombre sans cesse croissant d’adhérents dans les services et activités et les conditions d’accueil limitées.

La dynamique grandissante impulsée par les élus et les personnels a conduit à mener une réflexion autour d’un équipement « médiathèque » devenu indispensable sur le territoire communal. Parallèlement, la ville de Saint-Yrieix a été associée à la mise en place d’un réseau de lecture publique sur l’ensemble de l’agglomération sachant qu’au même moment, la Communauté d’Agglomération du Grand Angoulême validait la création d’une médiathèque tête de réseau sur la ville-centre et évoquait un scénario de médiathèque-relais. Considérant tout l’intérêt de la proposition, Saint-Yrieix s’est immédiatement positionné, acceptant de prendre à son compte la maîtrise d’ouvrage d’une « dite » médiathèque-relais. Le projet de Saint-Yrieix a ainsi été acté.

Or, depuis longtemps, les équipes municipales, en étroite collaboration avec le milieu associatif, se sont investies dans la réflexion et la mise en place d’actions socioculturelles, particulièrement en direction des enfants et des jeunes. Dans un souci de coordination de l’ensemble de ces actions, une démarche de diagnostic, d’études et de débats a été menée avec l’ensemble des partenaires locaux et les habitants ; elle a abouti à la mise en application depuis quatre ans d’un véritable projet social, lequel devait se solder par la réalisation d’un équipement apportant ainsi toute la cohésion nécessaire au projet.

L’étude de programmation pour cet équipement, confiée au bureau d’études Libzibao Roux-Fouillet Consultants, a été menée d’avril à juillet 2006. Deux groupes de travail ont été constitués : un comité de suivi et un comité de pilotage. Le comité de suivi, composé de techniciens de la bibliothèque, du centre social, d’élus municipaux et associatifs a travaillé régulièrement avec le programmiste. L’étude a été réalisée à partir de l’analyse des besoins actuels et futurs de la bibliothèque et du centre social, en suivant le cadre fixé par le cahier des charges. C’est l’analyse des besoins qui a permis de définir les différents espaces. La surface de ces espaces a évolué au fil de la réflexion et plusieurs scénarios ont été présentés lors des trois comités de pilotage.

Concours de maîtrise d’œuvre : En octobre 2006, la Mairie a lancé un concours restreint de maîtrise d’œuvre pour la construction de l’équipement socioculturel. Quatre équipes de maîtrise d’œuvre ont été admises à concourir (arrêté du 18-12-2006) Une Commission technique a procédé à une analyse factuelle des projets, selon les critères définis dans le règlement du concours. A l’issue de la procédure liée au concours restreint, c’est le groupement représenté par Stéphane BARBOTIN qui a été déclaré lauréat du concours (délibération 17/2007 du 22 mars 2007).

Le terme choisi pour le nom de la médiathèque : « L'Esplanade » est lié à la perspective qu’offre l’implantation de ce bâtiment créant un lien avec la mairie et offrant une ouverture sur l’espace urbain et paysager en arrivant au centre ville avec une impression de fluidité, impression renforcée par la toiture terrasse végétalisée aussi bien en arrivant sur le bâtiment que depuis le haut de la parcelle.

1.2.2. Fonctionnement et organisation

1. L'équipe de la médiathèque :

La médiathèque fonctionne avec 5 personnes salariées mais représentant 3,5 postes, en effet 2 personnes sont à temps plein (Frédérique et Sylvaine), 2 autres à mi-temps (Katia et Isabelle), la responsable (Maud) est à temps complet sur la Mairie mais partage son temps entre la responsabilité de la médiathèque et le service de la culture.

2. Les horaires d'ouverture au public :

4 :
 Institut Médico-Educatif

La médiathèque est ouverte au public 24 heures par semaine réparties comme l'indique le tableau ci-dessous, le jeudi et le vendredi matin sont réservés à l'animation des classes (sur place ou à l'école), à l'accueil de la crèche, de la halte garderie ou de l'IME4.

Tableau 3 : Horaires d'ouverture au public

Lundi

Mardi

Mercredi

Jeudi

Vendredi

Samedi

10h à 12h30

10h à 12h30

10h à 13h

14h30 à 18h30

14h30 à 18h30

14h30 à 18h30

14h à 18h

3. Le fonds documentaire :

Tableau 4 : Au 31 décembre 2012, le fonds documentaire de la médiathèque se trouve réparti selon 5 catégories de documents et selon deux sections.

Supports

Section adulte

Section jeunesse

Total

Livres Fictions

8097

6583

14680

Livres Documentaires

4446

1739

6185

Livres CD

17

206

223

CD

2156

138

2294

DVD

753

213

966

Total

15469

8879

24348

Pour les livres fiction adulte il est proposé aux usagers une zone roman et une zone spéciale pour les romans policiers et de science-fiction. En ce qui concerne les livres fiction jeunesse, les albums sont identifiés par une couleur selon l'âge auxquels ils se rapportent (0-3 ans : jaune, 4-6 ans : bleu et plus de 6 ans : rouge), les livres « premiers romans », les contes et les romans jeunesse sont repérables dans des zones distinctes.

5 :
 Cf plan de la médiathèque, annexe 1.1, p.39

Les livres documentaire sont cotés selon la classification Dewey mais classés sur les rayonnages dans différents pôles qui répondent à 11 différentes thématiques5.

4. Les fournisseurs :

La médiathèque, par le biais de sa tutelle la mairie de Saint-Yrieix doit répondre au principe du marché public par allotissement. Le marché est établi pour 3 ans, actuellement de 2012 à 2014. Le lot 1 concerne la littérature jeunesse (fictions et documentaires et a été attribué à la librairie Lilôsimages d'Angoulême. Le lot 2 concerne la Bande Dessinée adulte et jeunesse, la librairie Chapitre d'Angoulême en est titulaire. Le lot 3 a été attribué à GAM Annecy pour les CD musique. Le lot 4 a été attribué à RDM pour les DVD.

5. Les inscrits et les emprunteurs :

6 :
 Chiffre de la Direction du Livre et de la Lecture

En 2012, la médiathèque comptait 3 121 inscrits, sur ce nombre là 1 702 sont arédiens, ce qui représente 24 % de la population de Saint-Yrieix, la moyenne nationale est de 17 % de la population inscrite dans une bibliothèque6.

Tableau 5 : Classification des inscrits par tranche d'âge

Dans chaque catégorie le nombre d'inscrits est en augmentation, entre 6 % et 12 %. Si 1 702 personnes inscrites à la médiathèque sont domiciliées à Saint-Yrieix, 1 025 personnes viennent d'une commune de l'agglomération d'Angoulême et 394 d'une commune extérieure au Grand Angoulême. Le nombre important de personnes inscrites venant d'une autre commune de l'agglomération s'explique par le fait que la médiathèque L'Esplanade est une structure neuve, moderne, spacieuse et facilement accessible ; en effet, elle dispose d'un espace de stationnement suffisamment important et gratuit contrairement aux bibliothèques du centre ville d'Angoulême par exemple, de plus elle est desservie par deux lignes de bus urbain. Je constate donc un public géographiquement divers, la mobilité ne pose donc pas de problème particulier.

Les emprunteurs étant les personnes inscrites à la médiathèque et ayant emprunté au moins un document dans l'année, si je compare leur nombre à celui des inscrits, je constate que 65 % des inscrits sont des emprunteurs. Ce pourcentage est cependant satisfaisant pour l'Esplanade car en 2012, à l'échelle du réseau Fileas, 59 % des inscrits dans les différentes bibliothèques étaient des emprunteurs. Le graphique suivant compare les inscrits et les emprunteurs selon les différentes tranches d'âge.

Tableau 6 : Comparaison des inscrits et des emprunteurs

A propos des prêts, chaque inscrit peut emprunter 5 livres, 2 CD, 1 livre-CD pour 3 semaines et 1 DVD pour 1 semaine. En 2012, la médiathèque a enregistré 79 523 prêts de documents, tous supports confondus alors qu'en 2011, le nombre de prêts de documents s'élevait à 79 831, il est donc constaté une diminution des prêts alors que le nombre d'inscrit a augmenté. Seul le nombre de prêts de DVD a augmenté, lesquels génèrent 19 % des prêts alors que ce support représente 4 % des collections. Nous pouvons confirmer la mobilité des usagers sur le réseau en constatant que 27 % des prêts (soit 21 910) enregistrés à Saint-Yrieix sont effectués par des personnes inscrites dans une autre bibliothèque du réseau.

Tableau 7 : Répartition des prêts par type de supports

6. Le budget

Pour les acquisitions, la médiathèque dispose d'un budget accordé par la tutelle tout à fait confortable et réparti comme l'indique le tableau suivant.

Tableau 8 : Budget des acquisitions

Budget
Achats

2012

2013

Prévisionnel

Réalisé

Prévisionnel

60632 Petit matériel

2 000,00

 

1 521,64

 

2 000,00

 

6065 Livres, CD et DVD

20 000,00

 

19 975,09

 

20 000,00

 

dont

Livres

 

14 400,00

 

14 326,84

 

14 400,00

CD

 

1 400,00

 

1 369,39

 

1 400,00

DVD

 

4 200,00

 

4 278,86

 

4 200,00

6182 Abonnements

2 100,00

 

1 872,07

 

2 100,00

 

Total

24 100,00

20 000,00

23 368,80

19 975,09

24 100,00

20 000,00

En plus de ce budget pour les acquisitions, la médiathèque bénéficie de la part de la mairie d'un budget spécifique pour les actions culturelles et animations s'élevant à 5 000 €.

Illustration 1 : Une partie de la collection

Photo représentant une partie de la collection

2. L'orientation de la politique culturelle de la médiathèque et les actions réalisées

La médiathèque n'a pas de politique culturelle déterminée à l'avance, pas de charte écrite qui pourrait donner une ligne de conduite dans ce domaine. Cependant, l'action culturelle est une valeur importante dans la politique de la commune via les associations locales et via les structures publiques sans faire exception de la médiathèque. Ceci se comprend d'une part par les crédits alloués à l'établissement pour les animations et d'autre part par son adhésion aux différents projets et différentes actions à l'initiative des bibliothécaires. Dans cette partie, je fais un état des différentes animations auxquelles j'ai pu assister dans l'organisation, la préparation ou la réalisation. Certaines de ces animations sont réalisées en partenariat ou à l'initiative d'autres structures comme le Service Départemental de la Lecture, le réseau de l'agglomération d'Angoulême ou encore des associations locales, d'autres sont issues de l'initiative propre de la médiathèque en ayant comme objectif le dynamisme de la structure bien sûr mais avec un point central : les publics.

2.1. Les animations en partenariat

2.1.1. Voyage lecture

L'association Livralire a inventé ce concept en 1992 dans le but de créer un véritable partenariat entre écoles et bibliothèque. Ces voyages permettent de faire découvrir la richesse et la diversité de la littérature jeunesse. Les missions du bibliothécaire et de l'enseignant seront complémentaires, le premier va s'attarder sur l'émotion que peut transmettre le livre, le second, pédagogue, sur le sens, la langue. En Charente, c'est avec l'aide du Service Départemental de la Lecture (SDL), que cette action est mise en place, action à laquelle la médiathèque de Saint-Yrieix s'est associée. Le Service Départemental de la lecture, contact direct de l'association Livralire, prête des packs de livres et anime un groupe de travail.

Le voyage se déroule d'octobre à mars. Chaque année, une sélection d'une dizaine de titres par niveau, de la maternelle au CM2, est faite. Tout au long de l'année des animations-escales sont réalisées par les bibliothécaires, soit à la médiathèque soit à l'école avec les classes investies dans le projet, avec pour objectif de favoriser le plaisir de lire et l'échange autour du livre. Les bibliothécaires sont les « passeurs de livres » et les enfants « les liseurs », les voyageurs, les enseignants « les accompagnateurs de lecture ». A l'issue des présentations de livres lors de ces escales, les enfants empruntent les livres qui les ont attirés à la médiathèque ou à l'école, lisent, échangent, parlent, inventent, créent.

2.1.2. Les Petites Oreilles en Goguette

Cette action culturelle s'adresse aux tous petits, aux enfants de 0 à 5 ans et se déroule de mars à mai, elle est organisée par l'Alpha, le réseau Fileas des bibliothèques et médiathèques (dont fait partie L'Esplanade). Chaque année l'action cible un thème particulier et cette année c'est un auteur-illustrateur qui est mis en avant : Émile Jadoul. Il a accepté des médiathèques du réseau la réalisation d'expositions, de lecture ou autres créations afin de faire découvrir son univers.

2.1.3. Au fil du conte

7 :
 Cf annexe 2.1 : compte-rendu de réunion « Au fil du conte », p.40 et 41

En tant que littérature orale, le conte fait partie intégrante du patrimoine littéraire, tout en s'adressant à tous les publics. Ce festival est une initiative du Service Départemental de la Lecture, qui programme les conteurs professionnels. Cet événement culturel est un moment fort pour la médiathèque comme pour toutes les bibliothèques publiques de Charente, lieux de partage de la culture. Le choix du public ciblé appartient à chaque structure, il est possible de privilégier la petite enfance, les scolaires ou bien un public plus élargi d'enfants et d'adultes. Pour faciliter ces décisions, une information est assurée par le SDL aux personnels des bibliothèques, lors d'une rencontre collective au cours de laquelle est faite une présentation des conteurs et de leurs conditions d'accueil. J'ai pu assister à cette réunion d'information le 19 mars 20137.

2.1.4. Littératures Métisses

8 :
 Cf annexe 2.2 : Compte-rendu de la journée de formation, p. 42 et 43

Cette action est le fruit d'une association du SDL et du festival de Musiques Métisses d'Angoulême dans le but de programmer des rencontres d'auteurs dans les médiathèques de Charente. Le public visé est un public adulte, inscrit ou non dans les médiathèques, et ces rencontres ont lieu entre le 13 et le 17 mai 2013. Les bibliothèques et médiathèques de l'agglomération étant intégrées à l'action, une journée d'information et de formation8 sur les auteurs invités est mise en place afin de leur permettre de faire un choix quant à l'auteur et son œuvre et afin de préparer la mise en valeur ou l'acquisition de documents puisque ce genre de manifestation est aussi un moyen d'animer la collection. Cette journée est animée par le SDL avec comme intervenant Bernard Magnier, directeur de collection chez Actes Sud et responsable de la programmation « Littératures Métisses ». Cette année, cette journée à laquelle j'ai assisté s'est déroulée le 07 février. Pour L'Esplanade, la rencontre autour de l'auteur tunisien Yamen Manai se déroulera le jeudi 16 mai 2013 en soirée.

2.2. Les actions culturelles : initiatives de L'Esplanade

2.2.1. Lis-moi une histoire

Chaque mercredi, veille de vacances scolaires, la médiathèque invite les enfants à partir de 5 ans à venir écouter des histoires et des comptines sur un thème particulier.

2.2.2. Mars un mois exceptionnel pour l'action culturelle : les 20 ans de lecture publique

Dès mon arrivée en stage dans la structure, une réunion d'équipe a eu lieu pour préparer les diverses actions du mois de mars à l'occasion des 20 ans de lecture publique sur la commune. Le projet était bien sûr mûri depuis quelques mois mais il restait beaucoup de choses à mettre en place. Le programme est non seulement divers et varié mais s'étale sur tout le mois de mars. D'emblée je m'intéresse au projet et naturellement je suis intégrée dans les équipes de préparation, je me propose de participer à la mise en place d'une exposition et du jeu questionnaire « Quizz gourmand », je propose aussi ma présence aux jours et heures des actions.

Pour mettre en place et réaliser la programmation de ce mois de mars, la médiathèque s'est vu allouée par la Mairie, un budget exceptionnel, en sus de celui prévu pour l'action culturelle de l'année, de 2 000 €.

1 Les expositions : Pendant tout le mois de mars 4 expositions ont été présentes dans la médiathèque :

Tableau 9 : Explication des différentes expositions

Titres des expositions

Sujets

Du 143 à l'Esplanade

Album photos de l'évolution de la bibliothèque lorsqu'elle était située dans une maison au 143 rue de Saint Jean d'Angély jusqu'à la construction rue de l'Union, de la médiathèque L'Esplanade : cette exposition est prise en charge par Maud

Mur d'expression

Construction d'un « mur » sur lequel les usagers pourront y apposer leur réflexion sur « Que représente la lecture pour vous ? » : la réalisation incombe à Frédérique.

"Bref, c'est pour ça que la médiathèque est fermée"

Maud préparera plusieurs tableaux sur lesquels elle appliquera des photos de l'équipe en situation de travail en dehors des heures d'ouverture. La raison de cette exposition vient du fait que quelques usagers pensent que le travail d'une bibliothécaire lors des fermetures est de lire.

"Parfois, on ne se comprend pas...ou comment traduire le jargon de vos bibliothécaires"

Cette quatrième exposition revient à Sylvaine et moi-même, il s'agit de faire une petite présentation du jargon des bibliothécaires, puisque parfois nous utilisons un vocabulaire que nos usagers ne comprennent pas toujours.

L'absence de Sylvaine en février me fait prendre en charge seule cette exposition.

9 :
 Terme employé par l'Observatoire de la lecture publique dans son rapport 2010 sur les...

Tous les publics peuvent se sentir concernés par ces expositions, elles ont été conçues afin que chacun puisse y trouver une information, un intérêt, un plaisir, un clin d’œil, que ce soit l'usager emprunteur, l'usager inscrit et non emprunteurs ou le fréquentant9, enfant ou adulte.

« Parfois, on ne se comprend pas... ou comment traduire le jargon de vos bibliothécaires » : création de l'exposition :

Première étape l'idée : mon idée est de concevoir cette exposition sur un ou deux panneaux de couleur, collés sur d'autres panneaux blancs, ceux en couleur seront agrémentés de volets cachant la définition : sur la partie colorée le mot venant du jargon de bibliothécaire et sur la partie blanche sa définition en langage usuel.

10 :
 Cf : annexe 2.3, p.44

Deuxième étape : Lister les mots à présenter, je choisis 20 mots que je fais valider par Maud, la responsable10.

Troisième étape : La fabrication : 1 carton blanc, 1 carton orange dans lequel je découpe des volets, la définition est écrite sur le carton blanc, le mot sur le volet, j'applique quelques éléments de couleurs autour de ces volets pour donner une touche ludique à ces panneaux et rester dans le thème des couleurs.

Quatrième étape : Je rédige trois phrases d'introduction à ce travail sur un ton humoristique, validées également par Maud.

Illustration 2 : L'exposition dans son ensemble

La photo représente l'exposition dans son ensemble

Illustration 3 : Détail de l'exposition

La photo représente un panneau de l'exposition vu en détail

2. Le quizz gourmand » Goût et Gourmandise »

Le travail préparatoire est réalisé en réunion restreinte : Maud, Sylvaine auxquelles je me joins avec intérêt. Le principe consiste en un « rallye-lecture », un jeu d'environ 10 à 15 questions sur le thème de la gourmandise dont les réponses se trouvent dans des livres exposés en différents lieux de la commune ou bien à rechercher par d'autres accès. Afin d'avoir un impact sur un public élargi, il est décidé de concevoir 2 questionnaires : un pour les enfants de 8 à 12 ans et un pour les jeunes à partir de 13 ans et les adultes. Pour pouvoir participer, les personnes intéressées doivent venir retirer un questionnaire de participation à la médiathèque puis une fois remplis et complétés, les questionnaires doivent nous être rapportés pour le 15 mars. Il est convenu de récompenser les 3 meilleurs questionnaires dans chaque catégorie. Maud, la responsable, a prévu un budget de 300 € pour l'achat des récompenses.

11 :
 Cf annexe 2.4 : Les documents sélectionnés, p.45
12 :
 Cf annexe 2.5 : Les questionnaires, p.46 à 51
  • Les commerces de la commune ont été contactés et 4 ont donné une réponse positive, nous plaçons également des livres dans des lieux publics, la Mairie, le centre nautique et bien sûr la médiathèque.

  • La préparation du questionnaire passe par une sélection de documents sur le thème de la gourmandise que ce soit en romans, bandes dessinées ou documentaires.

  • Parmi tous les ouvrages sélectionnés, un deuxième tri est effectué afin de ne conserver que ceux que nous allons utiliser11.

  • A partir de chaque ouvrage nous élaborons les questions pour les deux questionnaires.

  • J'accepte de prendre en charge la mise en page des documents du fait de l'absence de Sylvaine et au vu du délai restant avant la diffusion du jeu.

  • Réalisation du document12.

  • Installation par les services municipaux dans les lieux concernés d'un pupitre de présentation des ouvrages.

  • Maud et moi déposons les ouvrages dans les différents lieux et équipons les pupitres d'une affiche afin de les rendre repérables par les participants.

  • Pour la médiathèque, nous installons une table de présentation pour les ouvrages consultables sur place.

  • La diffusion du document se fait à la banque d'accueil en prenant le temps de solliciter les usagers et de leur expliquer le principe.

  • Trois semaines plus tard, le délai de retour étant atteint, Sylvaine et moi corrigeons les questionnaires rapportés à la médiathèque.

  • Munies du bon d'achat de la Mairie, nous allons choisir et acheter des documents pour les prix des 6 questionnaires récompensés.

  • La remise des prix est effectuée un samedi matin par Madame Feuillade-Masson, élue chargée de la culture. Un verre de l'amitié est aussi servi pour clore ce moment.

Illustration 4 : La table des ouvrages à consulter

La photo montre la table aménagée dans la médiathèque pour la présentation des ouvrages

Illustration 5 : Remise du premier prix

La photo représente la remise des prix

3. Théâtre d'ombre

Animation en faveur d'un très jeune public, les 18 mois/3 ans, la compagnie La Petite Fabrique présente un conte en théâtre d'ombre « La petite maison ». Ce spectacle est une programmation du théâtre d'Angoulême dans le cadre de « La tête dans les nuages », son festival de spectacles pour les enfants et leurs parents auquel les médiathèques de l'agglomération s'associent.

4. Dernière soirée au coin du feu

La médiathèque a proposé une nocturne de 18h30 à 22h30 au cours de laquelle elle est restée ouverte et a accueilli tous les publics autour d'animations diverses pour toute la famille. Ce projet est un projet commun avec la ludothèque du centre social dans sa conception et dans sa réalisation et il n'était pas nécessaire d'être inscrit à l'une des deux structures pour y participer. Les activités de la soirée :

  • Prêts et retour des documents.

  • Jeu en équipe à partir de 7 ans : Time's up family.

  • Des histoires en pyjamas à partir de 5 ans.

  • Jeu en équipe pour les adultes et à partir de 11 ans : Pictionnary.

  • Lectures de nouvelles pour les adultes.

  • Un atelier d'initiation au crochet.

  • Pour terminer la soirée, un concert des élèves de l'atelier jazz du conservatoire Gabriel Fauré d'Angoulême.

Je n'ai pas eu d'obligation de participation à cette soirée mais il était évident pour moi d'y participer d'une part pour aider une équipe dynamique et d'autre part pour découvrir et observer une autre facette des activités possibles dans une médiathèque. Force est pour moi de constater qu'une médiathèque peut vivre le soir, s'animer grâce à une organisation précise et grâce aux publics.

5. Le Gang de poésie de Mr Mouche

Dans la programmation des « 20 ans de lecture publique », la médiathèque a inclus sa participation (comme chaque année) au Printemps des Poètes et a donc accueilli pour le départ de sa déambulation poétique et musicale, le Théâtre des Tafurs de Bordeaux avec son Gang de poésie qui, par le biais d'histoires courtes et absurdes, met en scène un personnage qui a toujours raison, Monsieur Mouche. Ce spectacle d'une trentaine de minutes dans la médiathèque pendant l'ouverture un samedi matin se poursuivait dans les bus de la ville afin de relier les différentes bibliothèques participant à l'action. Toute l'organisation (les contacts avec le groupe, la réservation et la mise en place de la déambulation) a été du ressort de l'Alpha, la tête du réseau de l'agglomération. La médiathèque a simplement fait en sorte d'accueillir les comédiens lors du spectacle et au préalable de faire la promotion de leur intervention.

Illustration 6 : Musique, poésie, humour, tout se combine dans la médiathèque

Lors du spectacle, musique, poésie, humour se combinent dans la médiathèque

6. On souffle les bougies

Quand on met en place autant d'actions culturelles dans le but de marquer vingt ans de lecture publique sur une commune, il va de soi qu'il faut officialiser cet anniversaire. Le samedi 9 mars était donc le jour anniversaire officiel avec la réception des élus, le discours du Maire, le gâteau et ses bougies. Mais avant ce moment bibliothécaires et usagers volontaires avaient concoctés une vraie surprise au fil de maintes répétitions : danse et musique dans la bonne humeur.

Tout ceci s'est passé dans la médiathèque pendant les heures d'ouverture tout en maintenant les prêts et retours des documents. Au préalable, il a fallu réaménager le lieu de façon à recevoir beaucoup de visiteurs en même temps, à recevoir les danseurs, à installer la table des festivités. Nous avons donc poussé les fauteuils et les bacs à albums, installer des tables, gonfler des ballons avant l'ouverture au public.

Illustration 7 : Discours de Monsieur le Maire

Photo montrant le Maire de la commune pendant son discours avec à ses côtés l'adjointe chargée de la culture.

Illustration 8 : Murs et plafond décorés

Le plafond de la médiathèque a été décoré de ballons multicolores

Illustration 9 : Surprise musicale

Pour la surprise musicale, le personnel et quelques usagers avaient préparé une chorégraphie

Illustration 10 : Pas d'anniversaire sans gâteau

Pas d'anniversaire sans gâteau, les bibliothécaires coupent les gâteaux

7. « Et si on en parlait »

« Et si on parlait », conférence sur des problèmes d'actualité, est une action récurrente chaque année à cette même période, elle a donc été insérée dans la programmation des 20 ans. Cette année le thème était « L'après pétrole ? » avec un intervenant du collectif « Les Économistes atterrés », Jean-Marie Harribey. Cette rencontre a eu lieu après la fermeture de la médiathèque, en soirée. Je n'ai pas eu de responsabilités particulières dans la mise en place de l'action, tout était programmé et organisé au préalable, si ce n'est ma participation dans l' aménagement de l'espace, la conférence avait lieu dans la médiathèque. Là encore j'ai pu constater le dynamisme que l'on peut insuffler à une médiathèque même avec des sujets plus sérieux. Le public présent à cette conférence était un autre public, les lecteurs touchés par l'action n'étaient pas nombreux, c'étaient des usagers différents avec d'autres objectifs, d'autres motivations mais présents.

8. Spectacle « Ma bibliothèque »

Une autre animation pour découvrir la médiathèque sous un autre jour a été l'intervention de la compagnie Téatrala avec un spectacle en dehors des heures d'ouverture et sur réservation car les places étaient limitées. Cette compagnie nous a fait vivre « une visite guidée burlesque et instructive » de la médiathèque à partir de textes d'écrivains abordant le thème de la bibliothèque et du livre tout en considérant l'architecture du bâtiment, les espaces, le fonctionnement, la classification, les genres et formes littéraires, les bibliothécaires et le lecteur. Le spectacle est orienté pour tous les publics usagers ou non et pour tous les âges.

Les différentes étapes pour organiser ce genre d'action :

  • Rechercher une troupe et faire une sélection

  • Effectuer différents contacts : disponibilité, conditions, tarifs, contraintes

  • Faire un choix définitif

  • Réaliser une communication autour du spectacle

  • Réserver des chambres d'hôtel pour une nuit

  • Prévoir des repas pour le soir du spectacle

  • Accueillir les comédiens à la gare

  • Leur faire découvrir les lieux afin qu'ils puissent se les approprier

  • Les reconduire à leur hôtel

9. Un dimanche à la médiathèque

Une ouverture exceptionnelle de la médiathèque un dimanche après-midi est mise en place pour clôturer les actions du mois de mars, ouverture à tous publics pendant laquelle est proposée des tournois de jeux à partir de consoles Wii pour les enfants de 8 à 12 ans, sur inscription et accompagnés de leurs parents, un salon d'écoute musicale avec une sélection de CD et des baladeurs à disposition. L'après-midi s'est terminée par un goûter offert par la médiathèque.

10. Évaluation de la programmation de mars sur certaines actions

L'ampleur des actions de ce mois de mars vaut évaluation afin de savoir quelles ont été les actions qui ont rencontré des difficultés en amont lors de leur préparation ou lors de leur réalisation, dans le but soit de ne pas les reconduire dans une prochaine programmation soit d'apporter des modifications, des améliorations pour un meilleur rendu. Inversement, il est bon d'identifier les actions qui ont rencontré un franc succès. Ceci permettra de connaître encore mieux les attentes des publics ou leur non-adhésion à telle ou telle animation et de pouvoir conclure sur la validité de l'action culturelle en général dans la médiathèque.

Tableau 10 : Évaluation du jeu "Quizz gourmand"

Quizz gourmand

Organisation

Point positif pour le travail d'équipe : des avis et idées qui se complètent, des erreurs qui sont rectifiées, bonne répartition des tâches, on se remplace en cas d'absence.

Publics

De nombreux questionnaires ont été remis aux usagers sur leur demande mais pas suffisamment de retour. (10 jeunesse/8 adultes)

Bonne implication des enfants dans leurs recherches et dans leur motivation pour gagner.

Grande satisfaction des gagnants à la remise de leur prix.

Volonté de connaître leur score et d'avoir une correction.

Observations

Le frein majeur à ce jeu a été le principe du rallye, c'est-à-dire le fait de devoir se déplacer dans différents lieux pour consulter les ouvrages, pas de soucis par rapport aux lieux publics mais des a priori vis à vis des commerces que les participants ne fréquentent pas forcément.

Le jeu sur le principe d'un questionnaire paraît intéressé nombre de personnes mais il faudra, s'il est ré envisagé, de modifier le principe.

Tableau 11 : Évaluation de l'animation "Théâtre d'ombre"

Théâtre d'ombre

Organisation

Pas de problème d'organisation particulière sinon la réservation d'une salle et la diffusion d'une communication.

Publics

Les assistantes maternelles ont très bien adhéré à l'animation, quelques parents avec leur(s) enfant(s) ont également participé.

Satisfaction de tous à la fin de la représentation.

L'attention des enfants au cours de l'animation a été remarquable.

Observations

Les actions envers les tous petits sont très appréciées et méritent d'être reconduites.

Conserver un partenariat avec les assistantes maternelles et les familles.

Surtout, proposer des animations de ce genre c'est-à-dire axées vraiment sur ce public en tenant compte de leur âge et de leur capacité d'attention.

Tableau 12 : Évaluation de la "Dernière soirée au coin du feu"

Dernière soirée au coin du feu

Organisation

Coordination entre 2 structures : répartition des animations et des mises en place.

Programmation précise des activités dans la soirée.

Programmation des tâches de chacun.

Publics

Les publics étaient principalement des familles ce qui était l'objectif.

Ambiance de la soirée détendue et conviviale.

Plus de 50 personnes ont participé, usagers de la médiathèque.

Les personnes présentes ont appréciées également de pouvoir dîner dans le hall d'accueil du bâtiment entre les animations.

Observations

Un seul point négatif à cette soirée, le conte en pyjama pour les enfants a débuté un peu trop tôt, certains enfants sont arrivés « en retard ».

Le principe des prêts et retours possibles des documents a bien fonctionné même en soirée.

Action à reconduire.

Tableau 13 : Évaluation du spectacle "Gang de poésie

Gang de poésie

Organisation

Pas de problème particulier d'organisation

Publics

En observant le public présent, il était clair qu'il a passé un bon moment, l'ambiance était aux rires et à la bonne humeur.

Quantitatif : 30/35 personnes présentes

Observations

Manifestation courte, impromptue, drôle : bilan positif pour l'intervention de ce Gang de poésie.

Tableau 14 : Évaluation de la conférence "Et si on en parlait"

Et si on en parlait

Organisation

Difficulté dans le choix du sujet abordé : il faut pouvoir capter l'intérêt des publics mais quels publics ?

Trouver l'intervenant sur le sujet.

Faire la promotion de la soirée, pas seulement auprès des usagers mais un diffusion plus large sur la Charente.

L'intervenant venant de Bordeaux, il faut réserver une chambre d'hôtel.

Prévoir un « verre de clôture de soirée » pour les participants.

Publics

Un public différent des actions habituelles étaient présent : 5 usagers seulement sont venus sur une cinquantaine de participants. La conférence a plutôt attiré des personnes dont les idées se rapprochent du sujet.

Observations

Bilan positif pour cette action, qui sera renouvelée l'année suivante sur un autre thème d'actualité.

Tableau 15 : Évaluation du spectacle "Notre bibliothèque"

Spectacle « Notre bibliothèque »

Organisation

Présenter un spectacle original était la difficulté du projet.

Pas d'accroche particulière dans l'organisation.

Contrainte de prendre les réservations car la jauge pour le spectacle était de 35 personnes.

Publics

Le spectacle étant axé sur le burlesque et l'humour, l'ambiance du moment a été très détendue. Une déambulation dans la médiathèque a permis au public de ne pas être passif et aux enfants de ne pas être ennuyés par les textes.

Satisfaction générale constatée.

Quantitatif : 30 personnes ont assistée au spectacle.

Observations

Le choix d'un spectacle professionnel a contribué à la réussite de cette action.

Tableau 16 : Évaluation "Un dimanche à la médiathèque"

Un dimanche à la médiathèque

Organisation

Le matériel nécessaire devait être prévu et emprunté.

L'acceptation pour certaines bibliothécaires de travailler un dimanche.

Publics

Peu de participants à cette après-midi mais les présents ont passés un bon moment dans le jeu et la musique.

Observations

Même si le nombre de personnes présentes était en-dessous des prévisions, il n'est pas inutile de garder en vue ces ouvertures ponctuelles certains dimanches. Il est en effet d'actualité dans beaucoup de structures d'envisager l'ouverture le dimanche, ces tests peuvent servir à l'Esplanade à évaluer la validité d'un tel projet et de mesurer l'adhésion des publics avant de prendre une décision.

Illustration 11 : Les élèves de l'atelier jazz du conservatoire Gabriel Fauré d'Angoulême ont clôturé la Dernière soirée au coin du feu

La photo montre le groupe de jazz qui a clôturé la Dernière soirée au coin du feu.

3. Étude de deux projets d'actions culturelles :

Avec pour objectif constant le désir pour la médiathèque d'élargir ses publics, en proposant des actions culturelles novatrices, je me suis intéressée à deux types d'animations possibles à réaliser dans la structure. Le premier projet, la rencontre d'auteurs, animation plutôt ponctuelle, est issu d'une réflexion de l'équipe au préalable, projet qui m'a semblé intéressant à étudier, sachant que les publics potentiellement visés peuvent être d'horizons très divers. Le second projet, l'atelier d'écriture, est une animation dans la durée et est accessible à deux catégories de publics : un public de personnes « lettrée » ou un public de personnes en situation d'illettrisme.

3.1. La rencontre d'auteurs : « On écrit près de chez vous »

Avec pour objectif la diversification des actions culturelles au sein de la médiathèque et la recherche de nouveaux publics, les bibliothécaires ont abordé le projet d'une rencontre d'auteurs. Contactées par différents auteurs locaux, l'équipe a abordé le sujet en réunion d'équipe, elles ont émis des réserves quant à la légitimité de leur demande sachant qu'une séance de dédicaces serait liée à la notion de vente. Est-ce le rôle d'une médiathèque de favoriser la vente d'ouvrages dans ses locaux ? Organiser une rencontre d'auteur avec ceci pour seul objectif ne leur convient pas. Je me suis donc intéressée à ce projet en essayant de comprendre les motivations et satisfactions que l'on peut trouver dans une telle action que ce soit du côté des bibliothécaires, des auteurs, des lecteurs. Puis, j'ai étudié la réalisation potentielle de cette rencontre, comment l'envisager, comment la construire, comment trouver et intéresser un public. En recherchant de plus près des renseignements sur ces auteurs, il apparaît que ce sont des auteurs domiciliés à Saint-Yrieix ou sur l'agglomération d'Angoulême ou en Charente. Ces auteurs pour certains côtoient les usagers de la médiathèque lesquels ne savent pas que près de chez eux, il y a des écrivains. Ces futures rencontres pourraient s'intituler :

« On écrit près de chez vous »

3.1.1. Pourquoi une rencontre d'auteurs ?

Avant de mettre quoi que ce soit en place, une réflexion doit être amenée afin de savoir ce qui motiverait une rencontre d'auteurs, d'où vient le désir de ce type d'action.

  • On a vu plus haut que la médiathèque accueille un auteur chaque année dans le cadre de « littératures métisses » en partenariat avec le festival de Musiques métisses d'Angoulême, les auteurs invités le sont par le comité du festival. C'est une autre occasion de mettre en valeur la collection, de la faire vivre, de recevoir les usagers dans un autre contexte et même d'attirer un public plus large que celui des usagers habituels. Ceci pour dire que le désir et la motivation de rencontre d'auteurs existent bien au sein de la médiathèque.

  • Du côté des auteurs, le désir existe puisque plusieurs d'entre eux ont contacté la médiathèque pour venir à la rencontre de leurs lecteurs ou de lecteurs potentiels. Je m'interroge sur leurs motivations, elles sont certainement commerciales mais certains, puisque participant à divers salons littéraires, ont besoin de rencontrer leurs lecteurs, de connaître leur réaction, d'être rassurés sur la reconnaissance de leur travail mais aussi de partager leur passion commune de la littérature.

  • Pour les lecteurs, on peut supposer, car ils n'ont pas été consultés, qu'ils vont découvrir l’œuvre d'une autre façon, qu'ils vont chercher un échange particulier avec un auteur, que le livre prend chair, ce n'est plus un simple objet mais un intermédiaire qui donne vie à une relation humaine, la rencontre devient une prolongation de lecture. Mais il est possible que le lecteur ne connaisse ni l'auteur ni l’œuvre et cela devient une découverte et peut déclencher l'envie de lire.

Indéniablement la rencontre d'auteurs est une action culturelle, une animation légitime pour une médiathèque et afin de justifier le bien-fondé et orienter correctement l'organisation de cette action, plusieurs objectifs peuvent être énoncés :

  • Soutenir les auteurs

  • Mettre en relation l'auteur et des lecteurs ou non lecteurs

  • Découvrir le livre par une lecture publique de son auteur

  • Prolonger la lecture du livre par la connaissance de son auteur, par un questionnement sur le sujet abordé

  • Dialoguer avec son auteur

  • Donner envie de lire une œuvre ou donner le goût de lire tout simplement

  • Découvrir de nouveaux styles d'écritures

  • Découvrir de nouveaux parcours de vie

  • Donner une légitimité, un sens, une vie à un écrit

  • Promouvoir la littérature contemporaine

3.1.2. Le choix des auteurs

Le choix, dans le cas de Saint-Yrieix, sera complexe et délicat. En effet, les demandes étant multiples, il faudra décider de qui nous inviterons, un auteur ou plusieurs, sur quels critères faire le choix, faudra-t-il tenir compte des souhaits des bibliothécaires ou des demandes des auteurs.

13 :
 Annexe 3.1, p.53

Selon l'orientation que nous souhaitons donner à cette rencontre, nous aurons des attentes assez précises des auteurs, une sélection pourra alors être faite car tous ne pourront probablement pas y répondre. De même que leur disponibilité sera un élément majeur dans le choix, la période choisie pour la rencontre ne conviendra pas forcément à chacun d'entre eux. J'ai établi une liste de plusieurs auteurs locaux en les répertoriant par secteur13.

3.1.3 Quels contenus pour quelle rencontre ?

Pour échapper aux traditionnelles séances de dédicaces, il convient d'imaginer le contenu de la rencontre d'une façon différente :

  • Le principe de « tables rondes » sur des thématiques particulières permet d'associer à la discussion les auteurs mais aussi d'autres professionnels du livre, bibliothécaires, lecteurs. Différents sujets pourraient être abordés comme « Le cheminement du livre, de sa naissance sous la plume de l'écrivain à sa diffusion », ou « Comment vient-on à écrire un premier livre ? » ou encore « Trouver un éditeur, problème ou embarras du choix ? ». Pour une meilleure coordination, ce genre d'animation mérite d'être limitée en nombre.

  • Pour éviter cette limite, il est possible de présenter ces sujets sous la forme d'une conférence à plusieurs voix avec le public comme auditeur.

  • Proposer une lecture publique faite par l'auteur d'un extrait de son œuvre suivie d'un dialogue.

3.1.4. Comment préparer la rencontre ?

Le point essentiel pour une bonne organisation est de commencer la réflexion et la préparation longtemps à l'avance, ce genre d'animation exige d'être précis et d'envisager toutes les contraintes et difficultés possibles.

1. Informer la collectivité :

Afin d'obtenir l'aval de la collectivité et si besoin un crédit supérieur à celui alloué pour l'action culturelle annuelle, le projet sera exposé au Maire ou l'adjoint chargé de la culture en détaillant l'objectif, les conditions de réalisation de la rencontre.

2. Inviter les auteurs :

Dans le courrier d'invitation, il sera question d'énoncer les motivations de notre médiathèque, la période envisagée pour la rencontre (ou bien la date si elle est fixée), les modalités et le contenu envisagés, sans oublier les coordonnées de la personne chargée de l'organisation et du suivi de l'action. Cette invitation est à faire soit auprès de l'auteur lui-même à son domicile si ses coordonnées sont connues, soit directement auprès de l'éditeur. Pour un meilleur suivi de l'action, il faudra veiller à ne pas trop laisser de temps s'écouler après ce courrier et penser à établir un rappel dans un certain délai. Ceci d'une part pour éviter l'oubli de votre demande par l'auteur ou l'éditeur et d'autre part pour mettre en place l'action en ayant tous les éléments notamment l'auteur ou les auteurs qui seront présents. Ce deuxième contact peut se faire par téléphone.

3. L'auteur contacté répond favorablement à notre demande :

Nous lui adresserons un deuxième courrier dans lequel seront confirmés les éléments importants de la rencontre (date et heure), les conditions de sa participation (table ronde et le thème de l'intervention, conférence, débat, dédicace...) et les conditions financières (est-il payé par honoraires, salaire ou droit d'auteur, sur quelle base).

4. Établir un budget prévisionnel

14 :
 Cf. : annexe 3.2 : exemple d'un budget prévisionnel, p.54
15 :
 Direction Régionale des Affaires Culturelles

Une fois déterminée les auteurs invités, ayant connaissance des rémunérations à prévoir, il faut rédiger un budget prévisionnel14 pour ensuite faire des demandes de subventions dans le cas où notre capacité de financement ne suffit pas. Pour ce faire, il faudra chiffrer les dépenses : les rémunérations des auteurs conformément à la Charte des auteurs et selon leurs exigences, le coût de la restauration, les frais de la communication à réaliser et prévoir d'autres frais éventuels. D'autre part il faudra également estimer les recettes qui seront essentiellement ventilées en subventions puisque la médiathèque n'encaissera aucun produit au moment de l'action. Pour obtenir des subventions en plus des crédits alloués à l'action culturelle, crédits de la collectivité locale, si ceux-ci s'avèrent insuffisants, nous établirons des dossiers de demande de subvention. Nous pourrons ainsi contacter le Conseil général de la Charente, la DRAC15.

5. Envisager des partenariats

Si éventuellement le coût de l'action est trop onéreux pour être supporté par la structure qui n'aurait pas obtenue les subventions escomptées, nous pourrions envisager un ou des partenariats et répartir le coût de l'organisation :

  • Avec des établissements scolaires (collèges, lycées) de l'agglomération d'Angoulême

  • Avec d'autres médiathèques du réseau

  • Avec le centre social associatif situé dans le même bâtiment

Prévoir également un partenariat avec les libraires puisque dans ce type d'action, s'il y a dédicaces il y a ventes. Nous proposerons aux libraires leur participation en ce qui concerne la vente des ouvrages.

6. Cibler le public :

Cette action doit répondre au souci de la médiathèque de diversifier son action culturelle dans le but de diversifier ses publics. Parmi les publics nous ciblerons les usagers de la médiathèque, des publics associés du fait des partenariats éventuels (scolaires, usagers d'autres bibliothèques, usagers du centre social, clients des librairies) et des publics potentiels (informés par la communication réalisée).

7. Promouvoir l'action :

Mettre en avant les ouvrages de l'auteur ou des auteurs acquis par la médiathèque permettra aux usagers de les découvrir ou redécouvrir, d'y porter un intérêt. Un présentoir ou une table pourra servir de support à la présentation des ouvrages. Je pense que la sensibilisation du public passe bien sûr par les ouvrages mais serait plus complète en réalisant une présentation des auteurs. Laquelle présentation peut se faire sous forme d'un panorama de presse ou dossier de presse dans lequel nous préciserons la date et heure de la rencontre avec l'auteur, un portrait de cet auteur, son parcours littéraire et sa bibliographie, des articles de presse. Pour ce faire il sera nécessaire de se mettre en contact avec l'éditeur, la presse ou l'auteur lui-même afin d'obtenir le droit de diffuser ces ressources. Ce dossier de présentation pourra également être insérer sur le portail du site internet du réseau, fileasweb, par lequel les différentes structures diffusent leurs programmations.

S'il faut cibler et sensibiliser le public à l'intérieur de la médiathèque, il faut aussi penser aux autres publics, les non usagers, les emprunteurs occasionnels, ceux qui ne fréquentent pas notre médiathèque mais qui pourraient potentiellement être intéressés ou se sentir concernés par la rencontre. Il s'agit là de réfléchir et réaliser une communication sur l'action : affiches, diffusion dans la presse, invitations. Faire la publicité de cette action dans un rayon géographique et institutionnel assez large drainera de nouveaux publics et lui assurera son succès.

Puisque nous aurons contacté la presse pour faire la promotion de notre manifestation, il faudra s'assurer que le correspond local sera présent le jour même afin de rendre compte. L'article de presse sera utile à la médiathèque pour mémoire de ce qui est réalisé par et dans la structure, utile aussi à l'auteur ou l'éditeur pour alimenter leur panorama de presse.

8. Organiser l'accueil

L'envergure de notre rencontre d'auteurs méritera de se terminer par un vin d'honneur qu'il faudra prévoir avec l'accord et les directives de la Mairie.

Par définition, « On lit près de chez vous » est une rencontre d'auteurs issus de la ville de Saint-Yrieix ou de l'agglomération d'Angoulême, nous n'aurons pas le soucis de l'hébergement à prévoir ni du transport. Par contre, nous devrons organiser la restauration en journée ou en soirée.

9. Répartir les tâches à réaliser dans le temps et par acteurs de l'organisation

Il s'agit d'élaborer un planning de toutes les étapes de l'organisation pour ne rien oublier, désigner un référent dans l'équipe pour la coordination du projet et établir une répartition des tâches de chaque personne participant à la mise en place de l'action, déterminer le rôle de chacun, organiser l'espace en fonction des nécessités. Prévoir dans le cas d'une table ronde ou d'une conférence un animateur, un modérateur, qui donnera la parole aux uns ou autres, qui animera le débat pour que celui-ci ne se disperse pas du sujet prévu, veillera à recentrer le débat et répartir les temps de parole.

10. Faire le bilan - Évaluer

Toute action demande à être évaluée afin de mesurer l'impact qu'elle a eu sur le public présent, cette évaluation portera sur certains critères :

  • Le comptage du nombre de personnes participant à chacun des moments forts.

  • L'organisation : ce qui nous a paru bien dans l'organisation, les difficultés rencontrées, ce qu'il faudra modifier dans l'hypothèse d'une reconduction de ce type d'action.

  • Les relations avec les auteurs pendant l'animation.

  • L'ambiance : comment a réagi le public présent, quel intérêt a t-il porté à l'animation ?

  • Le ressenti des auteurs : ont-ils apprécié le principe des rencontres, ce que cela leur a apporté.

  • Les relations avec les partenaires.

  • Les libraires ont-ils été satisfaits, ont-ils vendus des livres ?

Ce bilan sera conservé dans un dossier avec tous supports concernant l'action elle-même (photos, articles de presse, lettres de remerciements...), ce dossier sera utile pour « garder traces » de ce que réalise la structure et comme références en cas de reprogrammation de ce type d'animation dans les projets culturels de la médiathèque.

3.2. L' atelier d'écriture

16 :
 Odile et Michel Neumayer : Animer un atelier d'écriture

Considérant l'atelier d 'écriture comme un lieu et un moment où les participants se réunissent pour « faire de l'écriture un bien partagé16 », accompagnés dans la démarche par un animateur, cette activité nouvelle trouverait toute sa légitimité dans une médiathèque, l'écrit étant si proche de la lecture. Cependant, il faudra prendre conscience que l'animation d'un atelier d'écriture doit être effectuée par un animateur compétent, la réflexion portera sur la possibilité de former une bibliothécaire à cette activité ou de faire intervenir des compétences transversales, par exemple un partenaire extérieur (formateur, écrivain...) . On peut appréhender l'atelier d'écriture sous une dimension sociale en fonction du groupe, sous une dimension culturelle de part l'activité proposée ou sous une dimension pédagogique en fonction des objectifs et des publics ciblés. Un autre paramètre à prendre en compte est la notion de travail dans la durée, ce n'est pas une animation ponctuelle, occasionnelle, elle doit s'installer dans le temps, avec un rythme régulier à déterminer.

3.2.1. Les objectifs d' atelier d'écriture

On peut répertorier de nombreux et différents objectifs à la mise en place d'un atelier d'écriture dans la médiathèque, des objectifs liés aux publics ciblés, des objectifs culturels ou de formation :

17 :
 Martine Clément, formatrice, « lien social »
  • « Faire qu'ils parviennent à passer d'une écriture-devoir à une écriture-communication17 » par le biais de la création, du partage, de l'expérimentation, du jeu littéraire.

  • Oser écrire et découvrir ses capacités d'écriture.

  • Partager ses écritures avec un groupe.

  • Découvrir son écriture accompagné de l'animateur qui guidera, sécurisera, respectera sans porter de jugement

  • Exprimer son imaginaire, créer.

  • Permettre le développement personnel, l'écriture est alors un outil pour s'exprimer et se valoriser.

  • Apprendre, réapprendre, perfectionner son approche de la langue

3.2.2. Cibler les publics

L'atelier d'écriture peut être proposé à des publics différents selon les objectifs qui seront fixés :

  • Des publics de professionnels.

  • Des publics souhaitant partager des expériences.

  • Des jeunes en difficulté, avec par exemple des problèmes de délinquance.

  • Des publics empêchés, en situation d'illettrisme.

  • Des adultes empêchés, en situation d'illettrisme.

  • Des personnes d'origines ethniques différentes.

  • Des publics passionnés par un genre de littérature (le roman policier par exemple).

  • Des publics d'horizons divers avec pour même passion l'envie d'écrire.

Une fois nos objectifs précisés et nos publics ciblés, nous devrons communiquer sur le projet en réalisant une plaquette d'information, en attachant de l'importance au visuel (graphisme, mise page) et à l'information transmise, suffisamment claire et adaptée aux publics ciblés.

3.2.3. L'animateur

Que l'animateur soit une bibliothécaire ou bien un intervenant extérieur, il doit pour accepter cette mission l'avoir choisie d'une part et avoir des compétences spécifiques :

  • Des compétences humaines : outre le fait d'être convaincu du bien fondé du projet, il doit avoir des aptitudes d'écoute, savoir se rendre disponible et respecter les autres.

  • Des compétences techniques : être rigoureux dans son travail et être apte à analyser diverses situations, avoir des connaissances en littérature, en animation et dynamique de groupe.

  • Des compétences liées à son expérience en matière de lecture et d'écriture.

3.2.4 Le déroulement d'un atelier d'écriture

18 :
 Les ateliers d'écriture, Claire Boniface, Retz, 1992

Selon Claire Boniface, un atelier d'écriture se décompose en 4 phases18 :

  • La proposition : l'animateur propose et introduit une situation d'écriture. Les propositions d'écriture seront adaptées en fonction des publics participants et en fonction des objectifs des ateliers.

  • La production : un temps d'écriture est laissé aux participants. Ce temps est plus ou moins long selon la proposition d'écriture. C'est un temps où les participants sont seuls dans leur création, mais il est envisageable de demander des productions par groupe ce qui pourrait rassurer les participants.

  • La communication : on procède à la lecture des textes, chaque participant devenu auteur d'un texte le lit à voix haute. Ce troisième temps peut sembler difficile pour les participants, l'animateur veillera à les mettre à l'aise, les rassurer et à rendre cette étape conviviale.

  • Les réactions : les participants peuvent réagir aux textes lus et l'animateur peut faire aussi des commentaires. Les remarques éventuelles sur un texte respecteront son auteur et lui permettront d'améliorer son écriture et d'avancer dans la voie recherchée.

3.2.5. L'atelier d'écriture, et après ?

Selon l'information donnée et l'engagement que nous aurons pris, les écrits réalisés lors des séances de l'atelier d'écriture peuvent avoir plusieurs devenir :

  • Ils restent la propriété de chaque auteur, chacun garde ses écrits, ils ne deviennent rien de particulier.

  • Ils peuvent être l'objet convenu d'un travail de groupe, d'un résultat collaboratif : tous les écrits seront réunis en un recueil qui sera dupliqué pour que chaque participant en ait un exemplaire.

  • Certains ateliers d'écriture sont plus ambitieux et proposent la publication des textes réunis en un ouvrage collectif : j'ai pour exemple un atelier d'écriture, mis en place pour favoriser l'intégration de femmes d'origine étrangère, ayant travaillé sur des recettes de cuisine typiques de leur pays d'origine. Cet atelier a regroupé ces productions, les a éditées et publiées dans un recueil de recettes de cuisine. Cela représente un travail très long en aval de l'atelier avec des connaissances et compétences particulières sur le transfert des productions dans le domaine public.

  • On peut imaginer des spectacles, des mises en scènes à partir de ces écrits.

  • Certaines personnes auront peut-être saisies l'opportunité de l'atelier d'écriture pour effectuer une production plus longue avec l'intention de la publier individuellement, l'animateur pourra la guider dans ses démarches auprès d'éditeurs ou d'imprimeurs.

Conclusion

La médiathèque L'Esplanade de Saint-Yrieix a le souci permanent de mettre en avant ses collections, et de le faire pour satisfaire et fidéliser ses publics. Son autre priorité est la recherche de publics nouveaux et différents. C'est par la programmation d'actions culturelles variées qu'elle œuvre dans ce sens. Les choix effectués au premier trimestre 2013 ont répondu d'une part aux attentes des publics actuels mais ont attirés également des non usagers. La qualité des choix, de l'organisation et la réussite des diverses actions résultent d'un élément important et incontournable : le travail d'équipe.

Ce bilan des diverses actions me permet de constater que la mission de la médiathèque est plurielle, pluralité dans ses collections, pluralité dans la recherche des publics, pluralité dans ses actions, pluralité dans ses partenariats et pluralité dans les compétences de son personnel.

Les deux projets étudiés permettraient de développer et d'accroître cette pluralité. Pour les rencontres d'auteurs, les choix d'auteurs et des thématiques, la communication effectuée autour de l'action peuvent drainer de nouveaux publics tant géographiquement que sur l'intérêt littéraire. La contrainte majeure pour cette action : l'ampleur et la rigueur de l'organisation. Pour le projet des ateliers d'écriture, la médiathèque peut saisir l'opportunité de cibler un public différent, sur qui elle n'a pas encore d'impact, je pense à un public de personnes empêchées, éloignées de la lecture ou de l'écriture. Les contraintes seraient alors d'une part d'ordre médiatique car peu d'usagers de la structure correspondent à ce profil et d'autre part d'ordre de compétences, la formation d'une bibliothécaire à l'animation de tels ateliers paraît indispensable dans le cas où l'intervention d'un professionnel serait trop onéreuse pour la structure.

L'ouverture de nouveaux projets n'est pas restreinte à ces deux études car il apparaît que d'autres besoins affectent les usagers de L'Esplanade, notamment un « soutien en informatique ». Quelques usagers fréquentent la médiathèque pour la seule nécessité d'utiliser les outils informatiques mais avec des difficultés d'utilisation. Le problème constaté n'est pas là un problème de compétences du personnel mais un problème de disponibilité ; aux heures d'ouverture, les bibliothécaires très sollicitées par ces usagers ne peuvent pas leur assurer ce service correctement. La mise en place d'un temps réservé à ce public permettrait de mieux les satisfaire mais, au vu des activités de chacune des bibliothécaires, ce temps nécessiterait soit la réduction des autres actions soit l'emploi d'une autre personne.

Par son dynamisme la médiathèque L'Esplanade répond à sa mission de démocratisation de la culture et montre son ambition de renforcer son identité dans un processus culturel qu'elle pourrait ancrer dans sa politique de développement des collections en la formalisant par la rédaction d'une Charte d'action culturelle.

Bibliographie

Ouvrages :

BERTRAND, Anne-Marie. Les bibliothèques. Paris : La Découverte, 2007. 120p.

LOMBARD Véronique-Marie. Le voyage-lecture, bibliothèques et écoles associées ou comment vivre avec douze livres, une histoire commune de lecture.Paris : Éditions du Cercle de la Librairie, DL2003, 93 p. (Collection Bibliothèque).

HUCHET, Bernard ; PAYEN, Emmanuèl. L'action culturelle en bibliothèque. Paris : Edition du Cercle de la Librairie, DL 2008, 319 p.

BERTRAND, Anne-Marie ; BETTEGA, Emilie ; CLEMENT, Catherine. Quel modèle de bibliothèque ? : Séminaire. Villeurbanne : Presses de l'enssib, 2008.

PIMET, Odile ; BONIFACE, Claire. Ateliers d'écriture, mode d'emploi. Issy les Moulineaux : ESF éditeur, DL 2008, 231 p.

NEUMAYER, Odette et Michel. Animer un atelier d'écriture, faire de l'écriture un bien partagé. Issy-les Moulineaux : ESF éditeur, DL 2003, 222 p.

Publications :

Lecture, 152, Rencontrer des auteurs en bibliothèque,septembre-octobre 2007

BBF 2011 n° 1 – dossier : Action culturelle et production de contenus, Emmanuelle Payen

Sites :

Site de l'INSEE : http://www.insee.fr/fr/: consulté en février 2013

Site de la Fédération interrégionale du Livre et de la Lecture : http://www.fill.fr: consulté le 04/04/2013

Site : http://www.culturecommunication.gouv.fr: Observatoire de la lecture publique ; Ministère de la culture et de la communication. Bibliothèques municipales, données d'activités 2010, synthèse nationale.

Annexes

Annexes (10Mo)

Notes

1  « Les bibliothèques » d'Anne-Marie Bertrand

2  « L'action culturelle en bibliothèque »

3  Source INSEE – Recensement de la population 2010

4  Institut Médico-Educatif

5  Cf plan de la médiathèque, annexe 1.1, p.39

6  Chiffre de la Direction du Livre et de la Lecture

7  Cf annexe 2.1 : compte-rendu de réunion « Au fil du conte », p.40 et 41

8  Cf annexe 2.2 : Compte-rendu de la journée de formation, p. 42 et 43

9  Terme employé par l'Observatoire de la lecture publique dans son rapport 2010 sur les Bibliothèques municipales

10  Cf : annexe 2.3, p.44

11  Cf annexe 2.4 : Les documents sélectionnés, p.45

12  Cf annexe 2.5 : Les questionnaires, p.46 à 51

13  Annexe 3.1, p.53

14  Cf. : annexe 3.2 : exemple d'un budget prévisionnel, p.54

15  Direction Régionale des Affaires Culturelles

16  Odile et Michel Neumayer : Animer un atelier d'écriture

17  Martine Clément, formatrice, « lien social »

18  Les ateliers d'écriture, Claire Boniface, Retz, 1992

Droits d’auteurs

Logo licence CC BY-NC-ND 2.0 FR

Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.

Table des matières

Partager

Pour citer ce document

CORMAU-GOUMAIN Cécile. L'action culturelle : diversifier l'offre pour diversifier les publics – répondre à la diversité des publics en diversifiant l'offre, [En ligne], Rapport de stage, Licence professionnelle Métiers des bibliothèques et de la documentation. Limoges : Université de Limoges, 2013. Disponible sur : http://epublications.unilim.fr/memoires/licenceprombd/517 (consulté le 19/09/2017).