accueil > Thèses > Figurativité, iconicité et sensorimotricité

Figurativité, iconicité et sensorimotricité : résonance des formes sémiotiques et processus d'appropriation de l'objet. Le cas de l'automobile

La sémiotique et le design sont des disciplines de la forme et qui dit forme dit valeur, sens, voire fonction, du moins dans l'orientation saussurienne d'une théorie de la valeur. Elles sont également deux disciplines en formation et rencontrant par conséquent les difficultés propres aux pratiques scientifiques récentes : les figures traditionnelles de la connaissance ne sont pas adaptées pour décrire leur réflexivité.
Pour faire dialoguer la sémiotique et le design dans une interrogation sur le sens des artefacts, il est donc nécessaire qu'elles trouvent un terrain d'entente, c'est pourquoi cette thèse propose une réflexion sémiotique sur l'objet de design à partir du parcours analytique de leurs constructions respectives. Le terrain d'entente proposé est celui de la substance formée en figures (le monde « naturel »), de la construction du plan de l'expression par embrayage sensoriel et de l'étude de la sensorimotricité (le geste) comme objet épistémique commun. Enfin, l'objet d'analyse que nous avons soumis à leur interaction est la conduite automobile.
Les résultats obtenus peuvent être résumés en trois points :

  • Au niveau “n” de l'objet de l'analyse (l'automobile], une proposition d'application du paradigme technique de l'interactivité à l'électronique embarquée ;
  • Au niveau “n+1” de l'objet disciplinaire, la définition du design comme une sémiotique objet dont le plan de l'expression est une esthétique et le plan du contenu, une éthique, toutes deux organisées autour du geste entendu comme unité syntagmatique minimale de l'interaction ;
  • Au niveau “n+2” de l'objet de la théorie sémiotique, la proposition d'entendre l'articulation entre «niveaux de pertinence du plan de l'expression» dans l'optique d'une résonance des formes de l'expérience et non plus dans celle d'une impossible conversion.

Semiotics and design are disciplines of Form. Form entails value, meaning, or even function, at least in a Saussure-oriented theory of value. Both semiotics and design are developing disciplines, encountering difficulties common to recent scientific practices. Traditional figures of knowledge are not adapted to an appropriate description of their reflexivity.
In order to bring semiotics and design into dialogue in an inquiry about the meaning of artifacts, a common ground is necessary. To this end, this thesis proposes a semiotic reflection on the design objet starting from the analytical path of their respective epistemological constructions.
The common ground proposed is that of the substance formed in figures (the "natural" world), that of the expression plane constructed by means of a sensory engagement, that of studying sensorimotor activity (gesture) as a common epistemic object. The object of analysis is automobile driving.
The results achieved can be summarized in three points :

  • In level “n” of the object of analysis (concerning the automobile), an application proposition in terms of the technical paradigm of embedded electronics interactivity
  • In level “n+1” of the disciplinary object, the definition of design as a semiotic object where the expression plane is an aesthetics, and the content plane is an ethics. The two planes are organised around gesture understood as the minimal syntagmatic unit of interaction
  • In level “n+2” of the object of the semiotic theory, the proposition of comprehending the articulation between two "levels of expression plane relevance". This comprehension is understood in resonance with the forms of experience, and not as an impossible conversion.

Index

Articles du même auteur parus dans les Actes Sémiotiques

Texte intégral

Version PDF :
http://aurore.unilim.fr/ori-oai-search/notice/view/unilim-ori-25301