accueil > Thèses > De la vie des textes aux formes et forces de vieTexte,...

De la vie des textes aux formes et forces de vie
Texte, sens et communication, entre esthésie et éthique

  • Nicole Pignier
  • Chargé du suivi de l'habilitation : Jean-Jacques BOUTAUD
  • Soutenue le 07 décembre 2012
  • Université de Bourgogne
  • Cimeos

Faire l’expérience des textes-objets, c’est éprouver la complexité des forces et des formes de vie à l’œuvre à chaque strate de leur devenir, du discours à l’usage. Cet ouvrage interroge le processus énonciatif en jeu au sein du discours, du travail éditorial, des supports médiatiques, des conditions de circulation des textes-objets, des usages.
La première partie de ce travail interroge le style conçu comme une forme de vie fondée sur une force de vie toutes deux constituant l’expression d’un être au monde, entre esthèsis ou sensibilité individuelle et esthésie ou sensibilité collective. Le style marque alors la singularité de l’expérience énonciative au sein du discours. Dans la deuxième partie, l’auteure analyse les écritures multimodales au sein des sites web et des applications. Elle précise comment chaque mode d’écriture multimodale particulier met en jeu des formes et des forces de vie mises à l’épreuve des énonciations discursive et éditoriale. En troisième partie, l’ouvrage questionne les orientations du processus éditorial des textes informatiques qui diffèrent de l’ « énonciation éditoriale » des textes papier. Les espaces d’écriture collaborative tout d’abord qui donnent le texte à manipuler, à ré-informer ; les espaces d’écriture non-collaborative ensuite qui mettent en scène le discours via un ethos énonciatif spécifique. En l’occurrence, l’ouvrage interroge les fonctions sémiotiques de support des interfaces graphiques ; supports matériels figurés, supports formels, supports erghodiques. De ces fonctions émerge une configuration énonciative plus ou moins singulière qui donne corps au discours. Enfin, cette partie interroge les enjeux de sens liés à la transposition des textes d’un support vers un autre. Dans un quatrième temps, nous proposons un modèle sémiotique de strates en interrelation continue, celles des technologies, des objets matériels, logiciels, des méta-mediums, des usages, pour appréhender les trois moments énonciatifs, sensibles et éthiques de préfiguration, configuration, performance/contre-performance qui se jouent au sein du processus énonciatif via les supports numériques.
En croisant la sémiotique du discours, la sémiotique des supports et la sémiotique des usages, on appréhende ici la question des forces et des formes de vie à l’œuvre à chaque strate de la vie des textes à l’aide d’une sémiotique de l’expérience perceptive en jeu tant dans l’information des textes que dans leur incorporation et dans leurs usages. Une démarche qui aborde la communication médiatisée par les textes-objets comme un tracé dirait Yves Jeanneret, un jeu de moments énonciatifs selon les termes de Jean-Jacques Boutaud, un jeu d’énonciations, de perceptions, de manières d’être au monde sensibles et éthiques. La sémiotique de l’expérience des textes-objets proposée se fonde sur une discussion, un échange continu entre les sciences du langage – particulièrement pour l’approche de l’énonciation, du discours et les sciences de l’information et de la communication – pour l’appréhension des supports, de leur fondement anthropologique, sensible, symbolique où la communication se déploie en un théâtre rendant possible l’expérience de l’altérité.

To experience text-objects is to test the complexity of the life forces and forms at work at every stage of their fate, from discourse to use. This work examines the enunciative process at stake within the discourse, the editorial work, the media forms, the conditions of distribution of text-objects, and the ways in which they are used.
The first part of this work questions the style conceived as a life form based on a life force. They  both constitute the expression of a being in the world, between esthesis i.e. individual sensitivity, and esthesia or collective sensitivity. Thus the style marks the singularity of the enunciative experience within the discourse. In the second part, the author analyses multi-modal writing within websites and applications. She details how each particular multi-modal mode of writing involves life forms and forces tested by discursive and editorial enunciations. In the third part, the work explores the orientations of the editorial process of computerized texts which differ from the "editorial enunciation" of paper texts. First of all, collaborative writing spaces where the text may be manipulated, re-informed; then non-collaborative writing spaces which stage the discourse via a specific enunciative ethos. In this particular case, the book questions the semiotic functions of the graphic interface forms; figurative tangible forms, formal forms, erghodic forms. A more or less singular enunciative configuration emerges from these functions : it materialises the discourse. Thirdly, this part studies the stakes in terms of meaning, in relation with the transposition of texts from one form to another.  Fourth, a semiotic model of stages in continuous interrelation is proposed: that of technologies, material objects, software, meta-media, uses, in order to comprehend the three enunciative, sensitive and ethical moments of prefiguration, configuration, performance / counter-performance which take place within the enunciative process via the digital forms.
By cross-referencing the semiotics of the discourse, the semiotics of the forms and the semiotics of the uses, one grasps the issue of life forces and forms at work at every stage of the life of the texts thanks to the semiotics of the perceptive experience at stake, both within the information of the texts and their incorporation and uses.
An approach which addresses mediatized communication through texts-objects like an outline according to Yves Jeanneret, a set of enunciative moments in the words of Jean-Jacques Boutaud, a set of enunciations, perceptions, ways of being in the world, both sensitive and ethical.
The semiotics of the experience of texts-objects is founded on a discussion, a continuous exchange between linguistics – particularly as regards the approach in terms of enunciation, discourse and ICT – for the comprehension of the forms, of their anthropological, sensitive, and symbolic foundation in which communication unfolds into a scene which makes it possible to experience alterity.