accueil

2012 marque une double naissance : celle de l’équipe d’accueil FRancophonie Education Diversité (FRED) de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines  de l’Université de Limoges et celle de la revue DIversités Recherches et Terrains, DIRE qui porte le projet scientifique développé par le laboratoire.

Reflet du dynamisme de ses collaborateurs, DIRE offre à ses lecteurs le résultat d’études et de travaux de recherche dans le champ des sciences humaines et des espaces francophones.

L’esprit de la revue repose sur la promotion de dialogues pluridisciplinaires et internationaux. La diversité des thèmes traités : espaces francophones, éducation, formation d’adultes, faits éducatifs et formatifs dans des contextes diversitaires, relations de genre et pratiques sociales, constructions identitaires, altérité et identité… permet de porter un regard pluriel, multiculturel, interactionniste, sur des réalités humaines et sociétales complexes. Elle contribue à une meilleure compréhension et interprétation du monde contemporain.

DIRE illustre tout à la fois la diversité des approches méthodologiques et la convergence des préoccupations de leurs auteurs. En effet, les contributions de chaque volume sont regroupées autour d’un thème, d’une méthode, d’une idée centrale. Contribution à la création d’une pensée critique, DIRE propose à la communauté une réflexion méditée et originale. Par son dynamisme et sa forme, la revue se veut un espace d’échanges et de confrontations des problématiques et des méthodes de la recherche en Francophonie et en Sciences Humaines. 

DIRE mettra en perspective l’apport des approches qualitatives mises au service des enjeux diversitaires. Les apports croisés des chercheurs d’horizons et de continents différents (Afrique, Amériques, Antilles, Europe,…) participent de la découverte et compréhension des contextes d’interactions humaines.

Les collaborations francophones et non francophones présentées, aussi bien dans ses numéros thématiques que dans ses numéros varia, concourrent à l’expression d’une multiculturicité qui se nourrit de la diversité même des chercheurs qui s’expriment.

DIRE apparaît enfin comme la preuve de la construction harmonieuse d’une singularité mise au service de la diversité.

Dominique GAY-SYLVESTRE
Directrice de la publication