accueil > Revue > N°110 | 2007 > Le statut sémiotique du monde naturel et la question de...

Le statut sémiotique du monde naturel et la question de l’objet

Jean-François Bordron
CeReS, Université de Limoges

publié en ligne le 22 octobre 2007

Texte intégral

  • Augmenter la taille de la police
  • Réduire la taille de la police
1 :
 A.J Greimas et J. Courtés Sémiotique, Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Hachette 1979.

Postuler un statut sémiotique du monde naturel c’est éprouver d’abord les questions du sens et de l’être comme inséparables. Plus exactement, car le mode du questionnement est déjà extrêmement dérivé et complexe, c’est reconnaître que la perception, c’est-à-dire le déroulement même de la vie, ne distingue pas d’abord ces deux interrogations. Éprouver une brûlure, goûter un vin, regarder un tableau ou, tout simplement, marcher dans la rue, sont des expériences indissolublement ontologiques et sémantiques. Le mystère réside donc d’abord dans la distinction qu’il faut finalement faire entre ces deux modalités puisque, pour prendre des cas extrêmes, ce n’est pas la même entreprise que de construire une sémantique des langues naturelles ou une ontologie. Nous cherchons à comprendre la raison fondamentale de cette double détermination. Pour cela, nous devons d’abord tenter de justifier l’usage que nous faisons, après d’autres, de la notion de sémiotique monde naturel.
L’expression sémiotique du monde naturel est définie ainsi par Greimas et Courtés1 :

« Par rapport à la structure « profonde » de l’univers, qui est d’ordre physique, chimique, biologique, etc., le monde naturel correspond, pour ainsi dire à sa structure « de surface » ; c’est, d’autre part, une structure « discursive » car il se présente dans le cadre d’une relation sujet / objet, il est l’énoncé construit par le sujet humain et déchiffrable par lui. »

Le monde naturel est ainsi présenté comme une donnée phénoménologique en deux sens complémentaires :

  • Il est un corrélat à l’intérieur du rapport sujet / objet.

  • Il est le résultat d’une « réduction » de l’être à l’être perçu, à la phénoménalité.

Même si les termes propres à la phénoménologie ne sont pas présents, on perçoit leur incontestable influence dans la formulation même du problème.

2 :
 Le thème d’une physique du sens est exposé principalement dans :J. Petitot Morphogenèse du sens, Paris, PUF, Coll. Formes (...)
3 :
 Opus cité p. 233

Par ailleurs, l’inscription du monde naturel dans une sorte de parcours génératif dans lequel il occuperait la position d’un structure de surface peut être pensée en terme d’émergence du monde phénoménal à partir du monde physique. C’est ainsi que l’a compris J. Petitot dans la perspective de sa Physique du sens2. Greimas et Courtés, pour leur part, recherchent plutôt une articulation du monde naturel à partir des catégories du langage et sont par là même enclins à verser la sémiotique du monde naturel dans une vaste sémiotique des cultures3.

4 :
 Nous renvoyons en particulier aux travaux de P. Boudon, J. Fontanille, P. Ouellet, H. Parret.

Enfin, le monde naturel est donné par Greimas et Courtés comme énoncé et discours conformément à une sémiotique d’inspiration profondément grammaticale. On doit donc prévoir une énonciation de ce monde, sans doute de nature cognitive et pragmatique, mais liée surtout au corps propre et à la chair comme lieux de constitution de la réalité phénoménale. La question du monde naturel s’inscrit alors dans une sémiotique de l’esthésie4.

Le monde naturel représente ainsi l’intrication entre trois ordres de problèmes :

1- Quelle est la place du monde naturel dans le rapport intentionnel sujet / objet ?
2- Quel rapport peut-on envisager entre le monde physique et le monde intersubjectif, ce dernier étant compris comme le monde des institutions symboliques ? Cette question porte sur un cas particulier du rapport entre des lois universelles et des règles particulières.
3- Quelle forme doit prendre l’articulation du monde naturel si on le considère comme un énoncé et, corrélativement, que peut-on dire de son énonciation ?

Il nous semble préférable de commencer par la première question même si sa forme même nous oblige à prendre d’abord un point de vue phénoménologique, point de vue auquel nous tenterons de résister par la suite.

La notion de monde naturel semble inséparable de celle d’intentionnalité dans la mesure où il semble être inévitablement le pôle « objet » vers lequel s’oriente tout acte noétique. Demandons-nous donc en premier lieu ce que veut dire « objet » dans un contexte intentionnel. Ce faisant, nous serons nécessairement conduit à interroger le rapport de la signification à l’objet et les critères possibles de leur distinction. Ce chemin nous conduira finalement à reformuler la situation propre à l’objet en terme de « plan d’expression».

Le terme d’objet désigne ordinairement ce dont on parle, ce que l’on perçoit, ce à quoi l’on pense, ce que l’on désire. Mais l’objet lui-même ne parle pas, ne perçoit pas, ne pense pas, ne désire pas. Cette conception commune est si puissante qu’il est d’abord difficile d’en voir exactement l’enjeu et les contours. Affirmer un énoncé contraire reviendrait sans doute à avouer un penchant plus ou moins prononcé pour l’animisme ou se comporter comme ceux qui croient lire dans les astres quelques lignes de leur destin. Nous voudrions soutenir pourtant que les objets, même s’ils ne parlent pas, peuvent être conçus comme relevant d’un plan d’expression, conformément au postulat qui veut que le monde naturel, c’est-à-dire le monde de la perception, soit le lieu d’une sémiose. Surtout, nous essaierons de cerner le point théorique à partir duquel on peut effectivement concevoir les objets non seulement comme les éléments d’une mise en discours, mais comme un langage au sens fort et systématique du terme. Les objets sont sans doute échangés de diverses façons et investis des significations multiples qui peuvent être inférées des pratiques sociales ou du fétichisme individuel. De nombreux travaux ont montré tout l’intérêt qu’il y avait à rechercher dans le domaine des objets des constructions de sens. Mais celles-ci relèvent de pratiques, comme l’art, le design, ou, plus généralement les productions industrielles (objets divers, machines, etc). Tout se passe alors comme si les objets étaient pris dans des discours sans langue. On reconnaît des énonciateurs mais on ne sait quels langages ils parlent. On invente pour cette raison des opérations mystérieuses comme l’« investissement » ou  la « projection » de sens . On affirme, non sans quelque vraisemblance, que les objets sont des lieux en eux-mêmes sémiotiquement vides, qui ne reçoivent leur signification que de l’extérieur. La problématique des objets-valeur, de même que la théorie freudienne du fétichisme, ont montré depuis longtemps que de telles opérations possèdent une valeur descriptive et parfois suggestive, même si nous ne savons pas exactement quelle est leur nature profonde. Remarquons-le pourtant, il s’agit toujours de mettre en scène des objets en quelque sorte « harcelés » par des sujets, objets de quête au sens proppien, objets investis de désirs, objets passionnels. L’objet n’est alors qu’un moment de ce qui compte véritablement : l’intersubjectivité qui submerge le monde et dans laquelle il semble pris. Nous voudrions renverser la perspective et suggérer qu’à côté de l’intersubjectivité donatrice de sens, dont nous ne contestons pas l’existence, il y a nécessairement, comme la seconde face du même problème, une « inter-objectivité » dont la théorisation permettrait sans doute de comprendre comment les objets peuvent se comporter comme des plans d’expression. Nous aimerions dire qu’à côté des sémiotiques de l’action et de la passion, il existe la possibilité d’une sémiotique qui prendrait le point de vue de l’objet. On pourrait l’appeler une sémiotique de la contemplation, au sens où ce terme désigne le simple fait de « laisser être » ou de « laisser dire ». Essayons d’en envisager les premiers éléments.

Le domaine des objets est immense, aussi faut-il limiter notre investigation. Nous n’envisagerons que les objets en rapport direct avec la perception sensible, laissant donc hors de notre investigation les objets idéaux, comme les nombres, les êtres de la géométrie, les objets simplement possibles ainsi que les objets discursifs comme les fictions, figuratives ou abstraites. Cette limitation n’implique pas que l’on doive s’en tenir aux objets au sens usuel dont les propriétés les plus générales sont d’être à trois dimensions et d’une certaine stabilité. Le privilège accordé à la vue et au tact est notoire en matière de théorie de l’objet car ces deux sens admettent des objets stables. Nous nous en tiendrons pour commencer à une définition plus accueillante qui inclura aussi bien les objets sonores, les objets gustatifs, les objets odorants qui, comme les nuages ou les vagues dans la perception visuelle, possèdent une existence transitoire et instable. Nous expérimentons en effet un parfum, le goût d’un vin ou une mélodie comme des objets de notre perception au même sens d’objet que les arbres, les maisons ou les ordinateurs.

Ainsi entendue, la notion d’objet semble inséparable de celle d’intentionnalité. Comment en effet comprendre ce qu’est un objet, musical par exemple, sans le concevoir comme le corrélat intentionnel d’un acte de perception ? Mais par là, ne sommes-nous pas en train de réintroduire, ne serait-ce que sous une forme transcendantale, une subjectivité dont nous venons de dire le caractère obsédant ? Notre première tâche sera donc de reconsidérer la notion d’intentionnalité qui semble, au moins au premier abord, faire obstacle à la compréhension de l’objet comme lieu d’une sémiose.

Notre intention n’est pas de critiquer cette notion sans doute irremplaçable à un certain niveau de description de notre expérience. Nous voulons simplement ne pas la traiter comme une boîte noire qu’il serait impossible d’ouvrir.
Notre interrogation vient ainsi de deux perplexités qui concernent le rapport du sujet à l’objet :

(1) Peut-on donner un contenu précis à la notion de donation de sens ou de valeur ?
(2) La notion d’intentionnalité est-elle capable d’expliquer comment les objets peuvent être porteurs d’un sens ?

Nous commencerons par la seconde question et, ce faisant, nous en viendrons à préciser peu à peu ce que peut être un objet compris comme le lieu d’une sémiose.

La notion d’intentionnalité suppose au moins qu’il y ait, entre un acte intentionnel et un objet visé par cet acte, une certaine dissymétrie. L’intentionnalité décrit donc d’abord une direction vers l’objet, selon la formule classique de F Brentano. L’intentionnalité, prise en ce sens très large, sera donc une propriété essentielle de certains types d’actes parmi lesquels les actes mentaux et les actes de perception. Deux questions se posent alors nécessairement. La première concerne la nature de l’objet. Est-ce vraiment un objet au sens prégnant du terme qui se trouve visé par l’acte intentionnel ? Une objection provient à l’évidence de ce qu’il existe aussi, au titre de corrélats d’actes, des hallucinations et des fictions.  La seconde porte sur la dissymétrie elle-même et sur sa direction. Est-ce un fait incontestable qu’il y ait toujours dissymétrie et, sous cette hypothèse, la direction intentionnelle irait-elle nécessairement du sujet de l’acte vers l’objet ? Le délire paranoïaque, pour prendre un exemple extrême, ne semble-t-il pas se justifier par une sorte d’inversion de l’intentionnalité, comme si le monde en quelque façon regardait obstinément le sujet ? Peut-être n’est-ce là qu’une version pathologique d’un phénomène structurellement plus profond.

5 :
 Que la théorie du noème permette de répondre à cette question n’implique en rien qu’elle ait été conçue par Husserl à ce seul (...)
6 :
 Dagfinn Follesdal, Husserl’s notion of noema, Journal of philosophy, vol.66 (1969), Trad. Française de J.M Roy dans Les études (...)

A la première question répond la théorie husserlienne du noème5. Entre l’acte intentionnel et l’objet, comme condition de possibilité de leur liaison, se trouve le noème. Il se pourrait en effet, comme dans le cas de la fiction, que l’objet n’existe pas. S’il n’existait pas de noème de l’objet, que ce dernier existe ou non, on ne comprendrait pas vers quoi l’acte pourrait être dirigé. Penser à un cheval ailé, même si un tel cheval n’existe pas, n’est pas ne penser à rien. L’une des caractéristique du noème est donc de fonder la relation à l’objet. Le point qui nous intéresse ici n’est pas la détermination complète de ce que peut être un noème mais seulement son statut par rapport à la notion de signification. La thèse classique de Dagfinn Follesdal6, en effet, associe le noème husserlien au sens fregeen selon un dispositif qui possède le mérite de la plus grande clarté. Nous allons brièvement l’examiner.

On sait que pour Frege la notion de sens (sinn) trouve sa justification dans le fait de résoudre un problème posé par les relations d’égalité. Ainsi dans l’équation
(a) 3+2 = 4+1
les deux termes de l’équation réfèrent au nombre (5). Pourtant l’équation (a) est différente de l’équation (b)
(b) 5 = 5
en cela que (a) contient une information que (b) ne contient pas. On dira que les expressions (3+2) et (4+1) ont la même référence (bedeutung) mais pas le même sens (sinn). L’information portée par l’équation (a) se trouve exprimée par la différence de sens entre les deux expressions qu’elle comporte. De même lorsque deux descriptions définies se rapportent à la même entité, on peut dire qu’elles ont la même référence mais pas le même sens. Ainsi, selon l’exemple célèbre de Frege, l’expression l’étoile du matin n’a pas le même sens que l’expression l’étoile du soir bien qu’il s’agisse dans les deux cas de la planète Vénus. Frege conclura donc que le sens est la façon dont est donnée la référence (son mode de donation).

De la même façon, bien qu’il s’agisse au premier abord de problèmes bien différents, un objet donné dans la perception peut l’être de façons multiples bien qu’il s’agisse du même objet visé. Ainsi, lorsque nous tournons autour d’une statue, nous en percevons des esquisses successives, jamais identiques, et qui pourtant paraissent bien référer à la même entité. Dans un tel cas, chaque esquisse est un noème différent du même objet. La tentation est par là même très forte de traduire le noème husserlien en sinn fregeen. Nous dirions alors : nous percevons le même objet, mais la réflexion phénoménologique nous montre qu’il nous est donné à chaque fois différemment. On pourrait comprendre alors que le noème, comme le sens fregeen, soit le mode de donation de l’objet et que ce mode soit différent pour chaque acte de perception. Cette traduction est d’autant plus tentante que de nombreux textes de Husserl semblent le dire explicitement. Nous admettrons au moins, en suivant D. Follesdal, que si la notion de sens ne définit pas pour Husserl la totalité des déterminations du noème, elle en exprime cependant une part essentiel. Ainsi Husserl écrit-il :

7 :
 E. Husserl, Ideen I §135 trad. Française de P. Ricoeur, TEL p 452

« Tout vécu intentionnel a un noème et dans ce noème un sens au moyen duquel il se rapporte à l’objet »7

Ou encore :

8 :
 Opus cité p. 452

« Les réalités naturelles ou idéales mises hors circuit sont représentées dans la sphère phénoménologique  par la multiplicité totale des sens et des propositions qui leur correspondent. »8

Nous tiendrons donc provisoirement pour conforme au texte de Husserl de représenter le rapport noético-noématique selon le schéma suivant (schéma A)

Nous admettrons en outre qu’une partie de ce noème est constituée comme un sens donateur de l’objet selon un mode comparable au dispositif fregeen ou du moins formellement identique. En résulte-t-il pour autant que l’on puisse comprendre qu’un noème de la perception, le seul qui nous intéresse ici, puisse être assimilable au sens de l’objet ? Cette question est beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît d’abord, même si nous admettions sans réserve l’assimilation d’une part du noème au dispositif fregeen. Peut-on en effet admettre simplement qu’un noème de la perception puisse référer à son objet au sens où l’expression (4+2) réfère au nombre six ? Une différence manifeste apparaît immédiatement pour peu que l’on écrive une quelconque équation. On peut en effet remplacer l’expression (4+2) par n’importe laquelle de ses variantes notationnelles comme par exemple (IV + II) ou encore l’expression en système binaire. Ce fait montre simplement que non seulement il n’y a pas de sens sans expression mais que le rapport du sens à l’expression est largement arbitraire, conformément à l’axiome saussurien. Peut-on imaginer une variante notationnelle d’un noème de la perception ? Et si non, que veut dire sens si celui-ci n’a pas d’expression ? On reconnaît là tous les problèmes inhérents à la sémiotique des objets. Ou bien nous admettons que le sens est en quelque façon l’objet lui-même, comme (4+2) est en quelque façon le nombre 6, mais nous ne voyons pas quelle est l’expression nécessaire à ce sens. Ou bien nous admettons que le sens est entièrement « projeté » sur l’objet par le sujet et révèle ainsi l’origine subjective de sa constitution.
Ces deux hypothèses nous paraissent également insatisfaisantes. Nous ne pouvons en effet ni admettre qu’un sens puisse avoir lieu sans fonction sémiotique (et donc sans expression), ni que le sens des objets perçus puisse être le fait d’une seule constitution subjective, fût-elle transcendantale. Il ne nous semble pas non plus que Husserl ait voulu dire exactement cela, même si le point de vue phénoménologique décale nécessairement la question du sens vers une constitution dans la sphère des cogitationes. Nous ferons l’hypothèse suivante : les différentes esquisses d’un objet ne sont pas, ou pas directement, assimilables au sens fregeen mais sont des expressions de cet objet. Le plan noématique, si l’on peut encore employer ce terme, est un plan d’expression. Essayons de développer les conséquences de cette hypothèse.

9 :
 L’iconicité n’est pas d’abord une propriété des signes, contrairement à ce que l’on écrit souvent, mais un certain type de (...)

Si l’on admet que le noème soit le plan d’expression de l’objet, on perçoit beaucoup mieux, nous semble-t-il, l’identité fondamentale entre l’objet et son noème. L’objet n’est en effet, comme unité des esquisses perceptives, que le pôle idéal et transcendant de leur identité commune. Elles sont esquisses de la même entité et cette entité est l’objet. Ou, en accentuant encore la même idée par un changement de lexique, on pourrait dire que le noème ressemble finalement plus à l’icône peircien qu’au sens fregeen. L’objet est iconique et cette iconicité9 est son expression, c’est-à-dire son noème.

10 :
 E. Husserl, Logique formelle et logique transcendantale 1929, trad française S. Bachelard, PUF, 1965 .Nous analysons certains de ces (...)

On dira sans doute que cette formulation renverse le problème mais ne le change pas substantiellement. Si le noème est compris comme une expression iconique de l’objet, comment comprendre alors le sens de ce même objet ? S’il n’y a pas de sens sans expression, il n’y a pas non plus d’expression sans signification.  Pouvons-nous trouver chez Husserl une interprétation de la notion de sens qui soit compatible avec une conception du noème comme plan d’expression ? Il nous semble que certains textes de Logique Formelle et Logique Transcendantale  peuvent nous apporter un commencement de réponse10.

Dans le paragraphe 44b, Husserl discute de l’apparition de ce qu’il appelle alors la « sphère du sens ». Celle-ci se manifeste comme telle sur la base d’un « déplacement thématique » illustré par l’expérience de la désillusion. Ainsi, lorsque nous passons de la croyance en un état de chose à la découverte de notre erreur, se produit une modification de sens :

"L'état de chose ne se présente pas comme je le pensais. L'adjonction "comme je le pensais" exprime alors une modification de sens ."(§44b)

Le changement se produit exactement entre "état de chose" et "état de chose comme je le pensais". Il transforme donc ce qui est visé comme réel en ce qui est simplement visé . Ce faisant, il fait apparaître l'intentionné comme tel.  Le changement de sens est donc une conversion de l'intentionnalité qui fait passer la visée du juger, de l'objet ou de l’état de choses en lui-même au fait que cet objet ou état de choses est jugé (c'est à dire au jugement). Ou encore, comme l'exprime Husserl, de "juger en visant un état de chose" à "juger l'état de chose en tant qu'intentionné".

Deux remarques sont indispensables. Tout d'abord, le changement de sens n'affecte pas le fait que, dans tous les cas, quelque chose est jugé. La direction ontique du jugement ne se trouve donc pas affectée, du moins dans le simple changement de sens. En outre, la variation de sens ne consiste pas à considérer l'acte de jugement lui-même. Elle n'intervient pas dans la sphère des actes (noèse) mais dans la sphère visée par les actes (noème). Si le sens suppose la réflexion, il ne consiste pas pour autant en cette réflexion elle-même mais en ce qu'elle découvre :

"Se poser la question de la signification ou du sens d'un énoncé et se rendre clair le sens de cet énoncé, ce n'est manifestement pas autre chose que de passer de l'attitude immédiate de l'être qui juge et énonce, attitude dans laquelle nous avons seulement les objets considérés, à l'attitude réfléchie, à 1'attitude dans laquelle viennent à être saisies ou posées les opinions correspondantes relatives aux objets, aux états de choses. Aussi pouvons-nous qualifier cette région également de région du sens."   (§48)

Les significations se situent alors, en tant qu'elles sont intentionnées, à l'opposé de la sphère des actes pour laquelle elles constituent "des pôles d'unité idéaux comme les objets" (§48). Si l'on se souvient maintenant que ces "nouveaux pôles d'unité" que sont devenues les significations ont eux-mêmes leur pôle d'unité, ou, comme il est dit dans les Ideen I, qu'il n'y a pas de "sens" sans le "quelque chose" (§131), on comprend que toute la question de la détermination de la région sens se joue dans le moment phénoménologique qui fait passer d'un pôle d'unité à un autre. En d’autres termes, le sens ne peut finalement se concevoir que sur la base de la variation intentionnelle qui institue un écart entre ce qui est simplement donné comme étant et ce qui apparaît comme sens. La sphère du sens n’est alors rien d’autre que l’ensemble des modifications possibles du rapport du sujet à l’objet . La désillusion n’en est sans doute qu’un exemple parmi d’autres, même s’il a un certain privilège lorsqu’il s’agit, comme dans les textes que nous venons de citer, de l’activité judicative. Rien ne paraît faire obstacle cependant à ce que les autres activités noétiques soient prises comme sources d’incessantes variations intentionnelles modificatrices du sens.

Rien ne s’oppose maintenant à ce que l’on tienne le noème pour le lieu d’expression du sens. Dire en effet que la sphère du sens est constituée des variations des rapports du sujet à l’objet, n’est-ce pas équivalent à dire que le noème exprime ces variations ? Nous avons vu en effet que le noème est la condition du rapport intentionnel à l’objet. Il suffit d’interpréter la condition précédente comme une condition d’expression pour que le noème devienne bien le plan d’expression qui prend les modifications du rapport sujet / objet comme contenu de sens.

D’un certain point de vue, cette interprétation laisse intacte la conception du noème comme sens puisqu’il ne peut, selon la conception que nous venons de défendre, y avoir d’expression sans signification. Même interprété comme plan d’expression, le noème reste porteur d’un « sens noématique ». Mais cela change considérablement la notion de sens elle-même ainsi que l’articulation de cette notion avec le lien intentionnel. Précisons maintenant les modifications apportées à l’interprétation de D. Follesdal et, plus fondamentalement, à la compréhension même de ce que veut dire objet.

Dans l’interprétation que nous proposons, le noème est bien porteur de sens mais ce sens n’est pas le sinn fregeen. Ce dernier en effet est défini comme le mode de donation de l’objet, si celui-ci existe. Nous proposons de comprendre le sens du noème comme modification du rapport du sujet à l’objet. Le noème est alors l’expression du rapport intentionnel ou, plus précisément, l’expression du rapport intentionnel tel qu’il s’exprime à même l’objet. Essayons de préciser ce point par un exemple. Prenons l’expérience husserlienne du cube et demandons-nous ce que peut être le sens d’un cube. Le premier sens qui apparaît n’est autre sans doute que ce qui est donné par le fait que je fais attention au cube, que je le prends en considération par une modification de mon regard qui l’oblige à se détacher sur le fond du monde ambiant. Le monde ambiant n’est plus un vague horizon d’attente mais comporte un cube qui se détache sur cet horizon. Or cela n’est possible que parce qu’il y a eu le mouvement d’attention qui implique inséparablement mon regard et le cube. L’un ne peut exister sans l’autre. Surtout, le rapport même ne peut faire sens sans une variation. C’est bien parce qu’il y a maintenant un cube, qui n’était pas avant pris en considération, que se manifeste un sens. Ceci reste vrai si, passant du mouvement de l’attention au mouvement spatial, je fais par exemple tourner le cube sur lui-même découvrant peu à peu une succession d’esquisses. Je peux, inversement, tourner autour du cube puis thématiser tel ou tel de ses aspects (couleur, texture, éclat, matière, etc). Je peux encore l’utiliser dans des actions, le mettre en rapport avec d’autres objets, le comparer avec d’autres entités ou simplement le poser sur une table et le laisser là. Il se peut aussi que je veuille vérifier sa géométrie, m’assurer qu’il s’agit bien d’un cube, le mesurer, etc. Dans tous ces expériences et dans bien d’autres possibles, le sens ne peut être qu’une modification du rapport intentionnel faisant apparaître un écart. Une esquisse n’est telle que parce qu’elle se distingue d’au moins une autre. Il ne peut y avoir pour un objet qu’une esquisse possible sauf à imaginer une perception éternellement sidérée. Nous retrouvons par là ce qui fait l’essence de l’intentionnalité, quel que soit son domaine d’exercice : l’intentionnalité est mouvement, qu’il s’agisse du mouvement local de la main qui s’ouvre pour attraper un objet, de l’attention qui change de thème, et même, mais c’est là une autre question, du temps qui passe. C’est ce mouvement que nous comprenons comme le contenu dont le noème est l’expression. Nous pouvons maintenant modifier le schéma A que nous avons proposé plus haut :

On perçoit que ce schéma donne au noème un statut profondément différent du sinn fregeen. Cette dernière notion est pensée indépendamment de tout lien intentionnel. 0r, dans notre schéma, le noème exprime le lien intentionnel lui-même, en tant qu’il varie. Par ailleurs, la notion d’expression n’a pas d’équivalent exact chez Frege dans la mesure où celui-ci recherche une « écriture du concept ». Or l’expression comme constituant du noème est d’abord iconique avant d’être symbolique.

Pris en lui-même, le schéma B exprime les propositions ou hypothèses suivantes :

1- L’objet, comme le veut Husserl, n’est pas différent du noème. Ce dernier est simplement l’expression à laquelle le rapport intentionnel donne lieu. Nous ne discuterons pas ici la question difficile de l’unité des esquisses du même objet. Nous concevons pour notre part cette unité comme de nature essentiellement symbolique au sens où l’icône qu’est le noème n’est pas en lui-même une unité mais doit être identifié par un symbole.

11 :
 « J’ai dit : l’ouverture au monde telle que nous la retrouvons en nous et la perception que nous retrouvons à l’intérieur de (...)

2- Le rapport intentionnel est le sens du noème. On peut dire pour cette raison que l’objet tel qu’il apparaît (le noème) est une entre-expression du sujet et de l’objet. Mais on doit sans doute ajouter, pour plus de justesse, que sujet et objet n’apparaissent comme tels que dans cette expression. Comme l’exprimait Merleau-Ponty dans sa dernière philosophie, sujet et objet sont dans un rapport de «serpentement», au sens où l’on ne peut pas dire qu’il y ait au sens strict un « point de vue de l’objet » sur le sujet ou un «point de vue du sujet» sur l’objet11.

12 :
 U. Eco, dans Kant et l’Ornithorynque, tente de fonder l’idée d’une sémiose perceptive qu’il définit ainsi : « La sémiose (...)

3- Le rapport intentionnel est par essence mouvement et donc différenciation. On doit, comme nous l’avons vu, entendre par mouvement un principe de changement, qu’il s’agisse de déplacement, de variation thématique, attentionnelle, des protentions ou des rétentions, des faits de croissance, etc . Le point important pour notre recherche présente réside dans le fait que le mouvement produit de la différenciation. De la sorte les objets, compris comme des plans d’expression, possèdent cette différenciation à titre de contenu. On comprend mieux alors pourquoi les objets qui, sur le plan d’une mise en forme catégoriale du monde, paraissent aisément déterminables, sont en même temps soumis, selon les langues et les pratiques sémiotiques, aux ordonnancements les plus imprévisibles. Il n’y a à cet égard rien de plus étonnant que le contraste entre les classifications ensemblistes des entités du monde naturel, telles que les réseaux sémantiques les disposent encore, et la prolifération des significations dont ces mêmes entités sont le site. Nous essayons donc de comprendre comment il est en effet possible, comme le pensait Peirce, que le monde des objets soit le lieu d’une sémiose illimitée . Nous allons essayer de donner à ce terme un sens précis12.

13 :
 Il serait possible de dire que les objets signifient ou expriment leur ontologie. Mais c’est là une formulation trompeuse et sans (...)

4- Le sens des objets se trouve libéré des notions confuses et subjectives de projection, d’investissement et d’interprétation. Il appartient aux objets, de par leur constitution même, de signifier. Les objets ne prennent pas sens en vertu des rapports intentionnels qui les lient aux sujets mais, bien au contraire, le rapport intentionnel est ce qui est signifié par l’objet en tant que noème ou icône. On pourrait dire, en renversant la formulation kantienne, que l’objet anticipe sa perception dans la mesure même où ce qu’il signifie comme expression n’est rien d’autre que sa constitution subjective13 comme contenu.

5- On aura remarqué que le terme d’objet est, dans les commentaires qui précèdent, utilisé avec une double fonction. Il désigne d’une part l’objet comme expression et d’autre part l’objet comme ce qui est visé par le rapport intentionnel. Il s’agit bien sûr de la même chose puisque, comme nous l’avons vu, le noème de l’objet ne peut être rien d’autre que l’objet lui-même. Mais il existe cependant un nombre illimité de noèmes différents pour le même objet. C’est précisément pour résoudre cette difficulté que nous cherchons à apporter une réponse en terme d’expression. On pourrait dire encore : l’objet n’est pas perçu, mais exprime sa perceptibilité.

On objectera à cette conception qu’elle ne fait que retourner sur elle-même la solution classique (en termes de sinn), sans pour autant modifier l’origine phénoménologique du problème. Le risque serait alors de méconnaître le rôle de la subjectivité constituante tout en utilisant en sous-main ses effets. Reconnaissons que la difficulté est considérable. C’est celle-là même que Merleau-Ponty rencontrait dans son cours sur La Nature lorsqu’il essayait dire à la fois la nature comme phénoménalité et l’inscription de notre corps comme partie de ce monde naturel. Il avait formulé pour finir l’idée d’un logos de la nature. On peut dire, sans interprétation exagérée, qu’il en était venu à concevoir un véritable programme de sémiotique générale lorsque, résumant son cours, il concluait :

14 :
 M. Merleau-Ponty, La Nature, Cours du Collège de France. Etabli et annoté par Dominique Séglard, Paris, Seuil, 1995

« Ceci conduit à l’idée du corps humain comme symbolisme naturel, idée qui n’est pas un point final, et au contraire annonce une suite. Quel peut bien être le rapport de ce symbolisme tacite ou d’individuation, et du symbolisme artificiel ou conventionnel qui paraît avoir le privilège de nous ouvrir à l’idéalité, à la vérité ? Les rapports du logos explicite et du logos du monde sensible feront l’objet d’une autre série de cours. »14

Mais on voit que, selon un tel programme, il ne peut plus tout à fait être question d’objets au sens ordinaire de ce terme, définis par un certain surplomb des sujets à leur égard. Il ne peut pas non plus être véritablement question d’une subjectivité, quelle que soit la prudence avec laquelle on veuille la définir. Il s’agit bien d’une sémiose dont il faut essayer de dénouer tous les fils.

15 :
 La relation esthétique est du même ordre. Il ne s’agit pas d’une subjectivité qui viendrait projeter quelque valeur sur des objets (...)

Résumons donc notre compréhension du problème dans la proposition suivante : on peut concevoir le monde naturel comme un plan d’expression dont le contenu est fourni par notre rapport à lui selon les variations d’un vaste ensemble d’actes noétiques et pratiques. Ainsi se trouve exprimé le fait qu’une sémiotique des objets soit concevable sans recours préalable à la subjectivité. Ce que nous avons appelé plus haut une sémiotique de la contemplation ne réside précisément pas dans quelque attitude subjective mais bien en ceci que le rapport intentionnel à l’objet, et donc la subjectivité elle-même, trouvent leurs significations dans l’objet lui-même15. Nous venons d’essayer, sur la base d’une relecture de la notion husserlienne de noème, de rendre au moins concevable le fait que les objets soient le site d’une sémiose. Il nous reste à rechercher comment une telle sémiose peut être articulée, quel est le principe de son effectuation et le rapport qu’elle entretient avec l’objet au sens physique du terme. Nous allons commencer par ce dernier point car il commande tous les autres.

Le langage nous fait dire ordinairement que nous percevons les objets. On entend par là que, négativement, nous pourrions ne pas les percevoir. Il s’ensuit que percevoir est conçu comme une action positive qui ajoute quelque chose à notre expérience ou même qui constitue notre expérience. Cette formulation est sans doute vraie pour une part mais, en un sens aussi, profondément trompeuse. Nous sommes conduits en effet, par les termes mêmes du problème, à concevoir la perception comme une activité qui viendrait par exemple sélectionner dans le monde ambiant les traits compatibles avec la nature physique de nos sens. Quelle que soit la valeur heuristique de cette conception, elle produit pourtant une certaine gêne. Nous ne voulons pas suggérer que la perception serait passive ou simplement réceptive. Cela ne ferait qu’inverser la solution du problème sans en transformer la formulation. Nous ne voulons pas dire non plus que la matière, dans sa complexité physique, est un domaine trop étranger au langage pour qu’il soit légitime d’interroger un terme de la langue naturelle à son égard. Il va de soi que le parcours d’un rayon lumineux, depuis sa réflexion sur une surface jusqu’à ses effets à l’intérieur de notre cerveau, est un parcours complexe. Mais, remarquons-le, nous pourrions sans doute décrire ce parcours dans ses grandes lignes sans savoir exactement ce que veut dire percevoir. Même si la vision des oiseaux nocturnes nous est pour une part connue, comment comprendre ce que veut dire voir pour une chouette et ceci « en première personne » ? Plus encore, n’est-il pas concevable que le procès physique de la perception ait lieu sans qu’aucune perception ne se produise véritablement ? On pourrait par exemple imaginer que les perceptions soient toutes inconscientes et que nous avancions les yeux grand ouverts, évitant les objets, attrapant ceci ou cela, sans que le factum même que nous désignons par le terme de perception se produise jamais. Notre interrogation ne porte pas pour autant sur le caractère conscient ou inconscient des perceptions, même s’il s’agit par ailleurs d’un point essentiel. Nous cherchons à déterminer le factum lui-même, dans sa structure nécessairement simple. On ne peut trop insister sur ce point : le terme de perception semble toujours nous dire qu’il existe quelque chose comme un objet en soi auquel viendrait s’ajouter, au titre de phénomène par exemple, une couche d’être additionnelle due au seul acte de percevoir. La phénoménalité du monde sensible serait comme une peau sous laquelle se cacherait l’être physique des choses. Nous allons essayer de comprendre pourquoi il est concevable qu’il n’existe qu’un seul type de réalité, à laquelle le factum de perception n’ajoute rien positivement, mais soustrait au contraire, projetant négativement comme l’ombre portée de son propre effet.

Nul sans doute mieux que Bergson n’a perçu le lieu exact du problème et décrit les présupposés que renfermaient les formulations classiques. Le premier chapitre de Matière et Mémoire représente à cette égard un exemple paradigmatique. Begson y porte une interrogation radicale sur la perception, dont nous rappellerons les grands traits.

16 :
 H. Bergson, Matière et Mémoire {1896}, PUF, Quadrige, 1993, p. 24
17 :
 Opus cité p. 28
18 :
 Opus cité p. 29
19 :
 Opus cité p. 34
20 :
 R. Barbaras, La perception, Hatier, 1994, et Le désir et la distance, Vrin, 1999, H. Bergson, L’intuition philosophique in La pensée (...)

Le postulat qui selon Bergson appartient aussi bien aux réalistes qu’aux idéalistes est celui-ci  : « la perception est connaissance pure »16. C’est ce postulat que Bergson conteste et auquel il oppose d’abord le constat biologique selon lequel la matière vivante est excitable par le milieu environnant et répond par des réactions mécaniques, chimiques, physiques. Ces réactions sont des mouvements de diverses sortes et en aucune façon l’acquisition d’un savoir sur l’objet. Le seul point véritablement énigmatique est alors le suivant : pourquoi toute excitation ne se prolonge-t-elle pas en une action nécessaire ? Si notre corps, ainsi que son organe central, le cerveau, sont des parties de la matière parmi d’autres parties, pourquoi faudrait-il s’attendre à un  résultat différent de celui résultant de l’interaction ordinaire des forces matérielles ? Tout le problème est là. Comment comprendre le fait de perception ? Celui-ci ne se caractérise-t-il pas d’abord par le fait qu’il n’y ait pas de réponse nécessaire à l’excitation ? « Si notre hypothèse est fondée, cette perception apparaît au moment précis où un ébranlement reçu par la matière ne se prolonge pas en action nécessaire »17.  Plus encore : « Quel que soit ce rapport, quelle que soit la nature intime de la perception, on peut affirmer que l’amplitude de la perception mesure exactement l’indétermination de l’action consécutive, et par conséquent énoncer cette loi : la perception dispose de l’espace dans l’exacte proportion où l’action dispose du temps »18Tout se joue donc au fond dans la résistance qu’un organisme, selon sa complexité propre, peut opposer à la nécessité des choses. Bergson dira, dans un lexique qui n’appartient certes plus à la physiologie : « Notre représentation des choses naîtrait donc, en somme, de ce qu’elles viennent se réfléchir contre notre liberté. » 19
Pour comprendre en quoi consiste alors le fait perceptif, il faut d’abord dire ce que Bergson appelle matière, ou plutôt pourquoi il nomme très généralement la matière l’image. Nous avons vu que la perception se manifeste d’abord comme une résistance. Mais celle-ci ne  s’exerce pas contre la matière à partir d’un extérieur. Bien au contraire, c’est dans la matière elle-même que se produit cette résistance, comme l’une des propriétés essentielles de ce que Bergson appelle la vie. On peut dire en ce sens, dans une formulation proche de Merleau-Ponty, que la matière n’est pas d’abord perçue mais qu’elle est plutôt perceptibilité. Le terme d’image lui convient alors tout à fait si l’on accepte de voir dans l’image autre chose qu’un simple signe reproducteur. Bergson, comme l’a remarqué R. Barbaras20, va sur ce point beaucoup loin que Berkeley puisqu’il dit en quelque façon que l’être de la matière est perception (et non qu’elle existe uniquement en tant que perçue). C’est donc à l’intérieur de l’image et à partir d’elle que s’effectue la résistance de la vie. Quelle forme prend-elle alors ? Pour expliquer la constitution interne du fait perceptif, Bergson, comme souvent, utilise une image :

21 :
 Opus cité p. 35

« Quand  un rayon de lumière passe d’un milieu à un autre, il le traverse généralement en changeant de direction. Mais telles peuvent être les densités respectives des deux milieux que, pour un certain angle d’incidence, il n’y ait plus de réfraction possible. Alors se produit la réflexion totale. Il se forme du point lumineux une image virtuelle, qui symbolise, en quelque sorte, l’impossibilité où sont les rayons lumineux de poursuivre leur chemin. La perception est un phénomène du même genre. Ce qui est donné, c’est la totalité des images du monde matériel avec la totalité de leurs éléments intérieurs . Mais si vous supposez des centres d’activité véritable, c’est-à-dire spontanée, les rayons qui y parviennent et qui intéresseraient cette activité, au lieu de les traverser, paraîtront revenir dessiner les contours de l’objet qui les envoie. Il n’y aura rien là de positif, rien qui s’ajoute à l’image, rien de nouveau. Les objets ne feront qu’abandonner quelque chose de leur action réelle pour figurer leur action virtuelle, c’est-à-dire, au fond, l’influence de l’être vivant sur eux. La perception ressemble donc bien à ces phénomènes de réflexion qui viennent d’une réfraction empêchée ; c’est comme un effet de mirage. »21

La perception n’ajoute donc rien aux choses, bien au contraire, elle soustrait parmi toutes les images possibles celles qui apparaissent comme les images virtuelles de la matière que l’opacité de notre corps vient à réfléchir. Nous dirons donc, dans notre langage maintenant, que l’image perçue est bien l’expression que la vie produit, puisqu’elle est mouvement et résistance à l’action mécanique des choses. Mais cela n’a véritablement de sens que dans la mesure même où cette résistance est déjà un choix, c’est-à-dire, pour Bergson, un discernement.  La perception est en ce sens un mouvement de différenciation.

La solution proposée par Bergson se situe au niveau de ce qu’il appelle une perception pure, c’est-à-dire non encore imprégnée de mémoire. Elle a donc la valeur d’une expérience de pensée dont l’on peut extraire un enseignement général. Nous en tirerons, pour notre part, les interrogations suivantes :

  • Le rapport entre le monde physique et le monde phénoménal est en soi un problème considérable. Ne pourrait-on « alléger » ce problème en remarquant que la solution de Bergson annule pratiquement la différence puisque la matière est en elle-même image ?

  • L’expression que constitue le factum de perception est-elle une réalité bien différente, du moins en principe, de l’expression fournie par une équation physique ? Si l’image surgit comme expression du rapport d’un être vivant au monde, elle révèle par là l’expressivité du monde. Ne peut-on dire de la même façon que le rapport de compréhension qu’un expérimentateur a envers une objectivité physique s’exprime dans une équation ? Quelles que soient leurs évidentes différences de nature, ne pourrait-on dire qu’une équation et une donnée perceptive ont en commun d’être inscrites sur des plans d’expression ? L’un est fait de qualités sensibles, donc iconiques, l’autre d’équations en langage symbolique. Si tel était le cas, nous nous trouverions libéré de la soi-disant différence de nature entre le monde de l’expérience commune et le monde de l’expression scientifique.

Quelles que soient les réponses que l’on puisse ultimement apporter à ces questions, il nous semble avoir au moins rendu intelligible que l’on puisse concevoir les objets du monde naturel comme les sites d’une fonction sémiotique. Il nous restera maintenant à comprendre comment, à partir de ce site, peut être produit ce que nous avons appelé ailleurs une « genèse esthétique du sens ». Retenons pour l’instant que le sens n’est pas à concevoir comme une couche plus ou moins idéale qui viendrait à être étendue sur la réalité ou encore projetée sur elle par notre esprit, mais se constitue à même cette réalité par l’action de notre corps en elle.

Notes haut de la page

1  A.J Greimas et J. Courtés Sémiotique, Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Hachette 1979.

2  Le thème d’une physique du sens est exposé principalement dans :
J. Petitot Morphogenèse du sens, Paris, PUF, Coll. Formes Sémiotiques, 1985
J. Petitot, Physique du sens Editions du CNRS, 1992

3  Opus cité p. 233

4  Nous renvoyons en particulier aux travaux de P. Boudon, J. Fontanille, P. Ouellet, H. Parret.

5  Que la théorie du noème permette de répondre à cette question n’implique en rien qu’elle ait été conçue par Husserl à ce seul usage, ni même à cet usage principalement. Nous partons de cette question simplement parce que le commentaire de Husserl que nous allons utiliser procède ainsi.

6  Dagfinn Follesdal, Husserl’s notion of noema, Journal of philosophy, vol.66 (1969), Trad. Française de J.M Roy dans Les études philosophiques Janvier-Mars 1995

7  E. Husserl, Ideen I §135 trad. Française de P. Ricoeur, TEL p 452

8  Opus cité p. 452

9  L’iconicité n’est pas d’abord une propriété des signes, contrairement à ce que l’on écrit souvent, mais un certain type de gestalt que l’on rencontre dans tous les objets des sens. Ainsi la perception d’un parfum ou l’écoute d’une note de musique transforme leurs êtres physiques en icônes. U. Eco a utilement rappelé la différence peircienne entre icône et hypoicône. Seul ce dernier est un signe au sens usuel (U. Eco, Icône et hypoicône, Visio Printemps 1998 et Kant et l’ornithorynque 1997, trad française de J. Gayrard, Grasset, 1999

10  E. Husserl, Logique formelle et logique transcendantale 1929, trad française S. Bachelard, PUF, 1965 .Nous analysons certains de ces textes dans Schématisme et signification Poetica et Analytica, Aarhus, 1991.

11  « J’ai dit : l’ouverture au monde telle que nous la retrouvons en nous et la perception que nous retrouvons à l’intérieur de la vie (une perception qui est à la fois être spontané « chose » et être-soi, « sujet » - Bergson a explicitement dit une fois, dans le texte de la Pensée et le Mouvant où il parle de la conscience cherchant à voir le temps et non à le mesurer, qu’il y a une conscience qui est à la fois spontanée et réfléchie- s’entrelacent, empiètent ou se nouent l’une l’autre. Préciser ce que cela veut dire. Cela évoque, par-delà le « point de vue de l’objet » et le « point de vue du sujet », un noyau commun qui est le serpentement, ce que j’ai appelé « noyau commun de l’être au monde ». Il faut faire comprendre comment cela (ou toute gestalt) est une perception « se faisant dans les choses ». » M. Merleau-Ponty Le visible et l’invisible Note du 20 mai 1959 (p.247)

12  U. Eco, dans Kant et l’Ornithorynque, tente de fonder l’idée d’une sémiose perceptive qu’il définit ainsi : « La sémiose perceptive, en revanche, se réalise non pas lorsque quelque chose tient lieu d’autre chose mais lorsqu’on parvient, à partir de quelque chose et grâce à un processus inférentiel, à prononcer un jugement perceptif sur ce quelque chose lui-même et non sur autre chose. » (opus cité trad française p. 128). On comprend que de la sorte la sémiose perceptive soit un procès d’inférence, selon le modèle peircien visant une identification du perçu (même s’il s’agit d’inférences inconscientes). En outre, U. Eco définit cette sémiose comme interne à la perception (p. 127). J’essaie plutôt de comprendre pourquoi la perception est interne à une sémiose que je définis comme la constitution expressive de l’objet, selon le sens hjelmslevien d’expression. De mon point de vue, la perception est dans l’objet, entendu comme site d’une sémiose, et non l’objet dans la perception. Ceci n’exclut pas que se posent, mais à un tout autre niveau d’analyse, des problèmes d’identification.

13  Il serait possible de dire que les objets signifient ou expriment leur ontologie. Mais c’est là une formulation trompeuse et sans doute dogmatique. Ils signifient plutôt l’ouverture du rapport sujet-objet comme rapportconstituant. S’il y a dans ce cas une ontologie, il s’agit nécessairement d’une ontologie ouverte et non d’une liste fermée de prédicats ontiques.

14  M. Merleau-Ponty, La Nature, Cours du Collège de France. Etabli et annoté par Dominique Séglard, Paris, Seuil, 1995

15  La relation esthétique est du même ordre. Il ne s’agit pas d’une subjectivité qui viendrait projeter quelque valeur sur des objets en eux-mêmes quelconques mais d’une subjectivité qui vient à se comprendre à partir d’une perceptibilité des objets.

16  H. Bergson, Matière et Mémoire {1896}, PUF, Quadrige, 1993, p. 24

17  Opus cité p. 28

18  Opus cité p. 29

19  Opus cité p. 34

20  R. Barbaras, La perception, Hatier, 1994, et Le désir et la distance, Vrin, 1999, H. Bergson, L’intuition philosophique in La pensée et le mouvant {1938}, PUF, Quadrige, 1993.

21  Opus cité p. 35

Pour citer ce document haut de la page

Jean-François Bordron «Le statut sémiotique du monde naturel et la question de l’objet», Actes Sémiotiques [En ligne]. 2007, n° 110. Disponible sur : <http://epublications.unilim.fr/revues/as/1572> (consulté le 18/01/2019)