accueil > Politique éditoriale

Politique éditoriale

Publiée en ligne le 28 juin 2013

A la suite d’une refonte de son organisation éditoriale intervenue au cours de 2012 et de récents aménagements techniques de son site les Actes Sémiotiques reprennent leur dénomination originelle qui remonte aux année 1980 et entament une nouvelle phase de leur développement (cf. le communiqué du 27 janvier 2013).

L’ambition des Actes est de contribuer activement à l’essor et à l’orientation de la recherche sémiotique en faisant vivre l’héritage intellectuel marqué par la pensée de Greimas, en encourageant l’ouverture de la réflexion en direction de problématiques nouvelles et de nouveaux champs d’investigation, et en élargissant tant les sources d’inspiration que la diffusion des travaux, notamment par un renforcement des liens avec les centres de recherche étrangers ainsi que par l’organisation d’échanges et de confrontations entre les générations, les courants et même les continents.

*

Les Actes sémiotiques publient, en français principalement, mais aussi désormais dans quatre autres langues (l’italien, le portugais, l’anglais et l’espagnol) des travaux relevant du champ diversifié de la sémiotique définie comme théorie générale et comme méthode d’analyse de la signification. Dans chacun de ses numéros annuels, outre un grand texte de référence et un ou plusieurs dossiers thématiques, la revue propose un ensemble d’articles participant à la construction de la sémiotique soit sous la forme d’essais de théorie (rubrique Recherches sémiotiques) soit d’analyses (rubrique Analyses sémiotiques) ainsi qu’un choix de comptes rendus, d’actes de colloques et de thèses.

Les articles des Dossiers et ceux de la rubrique Colloques sont proposés par les responsables desdits dossiers ou colloques. Les articles entrant dans les rubriques Recherches sémiotiques et Analyses sémiotiques sont soumis anonymement, pour évaluation, à deux membres compétents du comité de rédaction, du conseil scientifique ou du conseil éditorial, ou le cas échéant à des lecteurs extérieurs spécialistes des questions traitées. Leurs commentaires ou recommandations sont transmis à l’auteur de façon anonyme et leur avis est sans appel.

*

Les auteurs sont tenus de respecter le protocole de rédaction qui tient compte des exigences du support électronique ; de présenter leurs manuscrits sous forme de textes à double interlignage en précisant le titre, le nom de l’auteur et son rattachement académique ; et de simplifier autant que possible la présentation typographique (proscrire les caractères gras, les soulignés et l’abus des capitales).

Les renvois bibliographiques se font à la française, c’est-à-dire sous la forme de notes de bas de page (et non par insertion au fil du texte).  Les titres de livres, de revues et de journaux doivent être mis en italique (e.g. Louis Hjelmslev, La catégorie des cas, Munich, G. W. Fink, 1972) et les titres d’articles ou de chapitres de livres être placés entre guillemets (Claude Calame, « Enonciation : véracité ou convention littéraire », Actes Sémiotiques-Documents, IV, 34, 1982).