accueil > Revue > N°104-106 | 2006 > DEGRES, « Les stéréotypes féminins »,n° 117, printemps 2004

DEGRES, « Les stéréotypes féminins »,n° 117, printemps 2004

Françoise Parouty-David

publié en ligne le 24 janvier 2007

Index

Articles du même auteur parus dans les Actes Sémiotiques

Texte intégral

  • Augmenter la taille de la police
  • Réduire la taille de la police

Emmanuelle Danblon, responsable de ce dossier, oppose d’emblée et à juste titre la tradition rhétorique qui considère le stéréotype sous son meilleur jour, celui du topos « représentation partagée, règle d’inférence commune », à la critique moderne, péjorative et caricaturale, du stéréotype devenu simple cliché voire doxa à fonction réductrice. Cette seconde acception convient à des catégories dénoncées par le féminisme pour en faire une revendication politique érigée contre les discours qui en sont porteurs. Au-delà de ces deux positions, le rôle des sciences humaines serait d’inventorier des mécanismes et de prouver l’utilité des catégorisations dans le fonctionnement de la pensée rationnelle mais sans perdre de vue leurs limites qui se trouvent dans le rôle heuristique et critique de cadres parfois périmés. Ce dossier tente donc de conjoindre catégorisation et dénonciation des rigidités, à partir d’approches diverses : celles des linguistes, des spécialistes de l’analyse du discours, de l’argumentation et de la rhétorique.

Marc Dominicy, Christine Michaux et Philippe Kreutz du laboratoire de Linguistique Textuelle et de Pragmatique Cognitive coproduisent une réflexion sur les stéréotypes à partir d’un corpus de proverbes pour faire ressortir la spécificité de leurs prémisses. Ils s’inscrivent par là dans une logique qui tisse des relations avec l’évidence et avec la probabilité par des opérations de requalification et de dérivation. Ils proposent en conclusion des prolongements pour replacer les acquis dans une sémantique du réel et pour s’interroger sur les effets d’équilibre ou de rupture provoqués par les stéréotypes antinomiques.

Dominique Maingueneau part d’un constat, celui de l’asymétrie entre les sexes qui conduit les hommes à stéréotypiser le féminin beaucoup plus largement que l’inverse. Ce régime est tantôt (i)doxique dans la mesure où il assigne alors une place prédéfinie à la femme et la preuve en est apportée par un système patriarcal lisible dans des proverbes espagnols dont la fonction est de souligner la menace qui pèse sur les normes. C’est la femme qui menace en sortant des principes et de la maison ; elle s’oppose à un ON déontique garant de cet ordre sentencieux. L’invariant dans ces proverbes s’avère être la mobilité de la femme, c'est-à-dire l’inquiétude de ne pouvoir lui assigner un lieu précis qui signe la bonne féminité, celle de la mère, fille, sœur ou épouse à fonction de fermeture de la maison vs la mauvaise, celle de la prostituée dans la rue. Cette doxa est contenue dans le proverbe énonciativement autonome. Tantôt le régime est (ii)esthétique pour des raisons énonciatives qui nous renvoient ici aux prises de position du théâtre de Molière comme à la mythologie de la femme fatale et au drame symboliste. Autant de productions artistiques qui veulent s’écarter des stéréotypes et amener les destinataires à suspendre provisoirement les stéréotypes véhiculés par l’homme ordinaire pour intégrer une sorte de zone franche, spécifique à l’œuvre. La conclusion de D. Maingueneau, nous semble-t-il, renvoie chacun des deux mondes l’un à l’autre puisqu’il doute que l’artiste nous éloigne réellement d’une conception patrimoniale du féminin qui, pour être contestée, est d’abord réaffirmée.

Proche de cette réflexion, Emmanuelle Danblon s’interroge : « Peut-on faire l’éloge d’une femme ? » et c’est à la belle Hélène qu’elle se réfère et au simulacre d’éloge par le sophiste Gorgias. Son intention est en fait d’attirer l’attention sur les paradoxes attachés aux représentations stéréotypées de la femme, de cette femme particulièrement investie d’une lourde charge symbolique, celle d’une femme hors-normes, à l’origine de la guerre de Troie, celle d’un monstre en somme qui met en danger toute la cité par son caractère a-topos c'est-à-dire sans lieu. D’Hélène à Marie Trintignant en passant par la féministe convoquée par Elisabeth Badinter dans Fausse route, E. Danblon confirme sa thèse première : éloge et blâme se fondent dans une commune ambivalence tantôt masquée par le tragique de l’énonciation, tantôt critique abolie par l’énonciation subversive. Sa conclusion est qu’il est impossible de faire l’éloge d’une femme en raison de la représentation essentialiste que l’on se donne des stéréotypes féminins, représentation figée et archaïque.

Ruth Amossy montre combien la figure stéréotypée de l’infirmière a été pendant la Grande Guerre exploitée à des fins très diverses et même contradictoires, de la propagande officielle dans un discours patriotique, à la critique des institutions et à la dénonciation de la violence. Ce stéréotype est celui angélique du dévouement et de l’abnégation qui a parfois servi la cause féministe, preuve qu’au-delà de la figure figée, compte surtout l’usage qui en est fait. Pour R. Amossy le stéréotype n’est pas immédiatement repérable dans le discours vs le cliché ; il est un thème doté d’une série d’attributs obligés du moins pour les sciences sociales et ce dès le milieu du XXe siècle. Il fait plutôt l’objet d’un schème fédérateur éclaté, à reconstruire par l’énonciataire et à rabattre sur les modèles culturels reconnus. Cette souplesse facilite une exploitation argumentative diversifiée. Les Archives de la Grande Guerre constituées d’écrits d’infirmières essentiellement, de nationalités et de formations différentes, conduisent au même stéréotype : être une femme, avant d’être une professionnelle de santé. Ce serait la réalisation de sa nature potentielle faite de joie, de dévouement, de douceur, de patience et de soumission au supérieur. Les photos confirment les textes dans le symbolisme de la blouse blanche. La proximité avec la chair masculine s’en trouve sublimée jusqu’à fonder un mythe maternel, qui à son tour, a le pouvoir de transformer la mort en un sacrifice qui rejaillit lui-même sur l’image de la veuve héroïque, dans l’acceptation d’un destin renforcé par le contre-exemple rare de la femme découragée par une tâche inhumaine. La fonction du stéréotype est ainsi tantôt de consolider, plus rarement de démystifier le discours héroïsant sur la guerre. Secondairement il agit sur le statut personnel et professionnel de la femme après la guerre, du moins dans un argumentaire de type féministe : les attributs sont alors le mérite lié au courage, la capacité à s’investir dans un travail et l’ouverture envisageable sur l’extérieur et sur l’égalité des sexes. La référence à Marie La Hire va jusqu’à évoquer l’intelligence, le savoir et les droits acquis vs l’intuition, le sentiment et la soumission à la procréation, la construction du féminisme vs la doxa patriotique. L’intérêt de ce long article riche en exemples est de démonter les composants de la syntaxe des stéréotypes qui modifient progressivement la perception de la condition des femmes.

Madeleine Frederic s’inscrit dans une époque plus récente avec le corpus de toute l’œuvre de Neel Doff et la perspective de quelques œuvres contemporaines pour examiner le stéréotype de la prostituée. Elle se situe par là dans sa thématique habituelle sur la difficile question de la norme vs la marginalité à partir des women’s studies.Elle part de l’énoncé de D. Maingueneau pour l’illustrer : « la mauvaise épouse sort de chez elle » et elle en souligne les risque inhérents pour elle et pour sa famille que sont misère et déchéance. Les modalités contraires seraient la volonté de réintégrer un domicile fixe et un rang social, en somme de rentrer dans la maison pour rentrer dans le rang. Suit une analyse productive des romans autobiographiques de N. Doff, de Dostoïevski et de Zola, au regard des théories de Bakhtine sur le rôle central des chronotopes dans la corrélation entre fiction et réalité. Il en surgit un ethos du personnage en tension entre normes populaire et bourgeoise.

Jean-Louis Dufays considère la production publicitaire contemporaine pour recenser les variations énonciatives sur l’éternel féminin. Après des précautions oratoires sur la précarité de sa position masculine et universitaire, il rappelle la thèse de V. Pinte qui, dans le prolongement de celle de Bourdieu, dénonce le faux-semblant proposé par le discours publicitaire : « les images semblent évoluer mais en réalité rien ne change ». Autrement dit les stéréotypes sur les rapports entre les sexes ont la vie dure, ce qui se double d’une autre dénonciation sur la fausseté des stratégies publicitaires qu’il situe au-delà des axiologies morales. Analysant le discours référent de V. Pinte, il lui reproche de « stéréotypiser les stéréotypes » c'est-à-dire de réduire toutes les images à une unique vision du monde, de les naturaliser en se posant comme seul détenteur d’un sens réel qui écarte les divers protagonistes de l’interprétation et y substitue un sens projeté par sa propre idéologie. J.- L. Dufays propose une approche plus nuancée des stéréotypes utilisés dans la publicité à partir du contenu de corpus comparatifs, des modes d’énonciation induisant des valeurs et des modes de réception donnant lieu à enquêtes afin d’échapper à l’immanentisme qu’il dénonce et qui confond fonctions et effets du message. Dufays reconnaît au stéréotype de la femme idéale des manifestations plurielles, il conseille donc de recourir à des stéréotypèmes, constituants supposés fondamentaux pour construire une typologie fiable. Dufays consacre la fin de son article à l’un d’eux, celui de La Princesse lointaine, élaboré à partir de traits liés au comportement. Il en observe ensuite les variantes dans un corpus publicitaire de 2003 en repérant les stéréotypèmes en fonction de leur plus ou moins grande résistance. Il réussit à nous convaincre d’une conception plus ouverte des stratégies énonciatives dans la publicité sans pour autant nier leurs pouvoirs.

Ce dossier est intéressant et divers mais on peut toutefois regretter que les corpus ne prennent pas en compte l’abondante production féminine des années 70 qui marque une période d’émancipation revendiquée comme telle et qui aurait peut-être procuré d’autres ouvertures sur des stéréotypes renouvelés.

Pour citer ce document haut de la page

Françoise Parouty-David «DEGRES, « Les stéréotypes féminins »,n° 117, printemps 2004», Actes Sémiotiques [En ligne]. 2006, n° 104-106. Disponible sur : <http://epublications.unilim.fr/revues/as/2426> (consulté le 18/01/2019)