Décembre 1914-mars 1915. - La Bourboule

Que s'est-il passé entre le départ daté du 10 décembre évoqué au chapitre précédent - apparemment pour le front – et la suite datée de la fin du mois ? Nouvelle blessure ? Rechute ? La carte n° 75 ci-après fait allusion à ses 'malheurs', et celle n°51, datée du 5 janvier 1915, semble indiquer qu'il était à Reims. Toujours est-il qu'après une période de convalescence et de rétablissement, Simon Jeanjean est de nouveau hospitalisé.

Cette section de l'album est sans doute la plus pittoresque - paysages de montagne, villes thermales, costumes régionaux, sports d'hiver – et celle ou la guerre est la moins présente. L'ennui s'en fait d'autant plus sentir, s'ajoutant aux douleurs de ses blessures et aux rhumatismes.

La première carte est écrite plus de deux semaines après la précédente, après un départ pour Reims, au front, si l'on en croit les dernières cartes de la section précédente. La carte n° 79, ci-après, nous apprend qu'il a été évacué de Reims ' à cause de l'albumine'. De plus, la carte n° 67 indique qu'il est passé par Paris et même par Ménilmontant sans pouvoir s'arrêter chez lui (?). Au demeurant c'est une nouvelle période de convalescence et d'ennui, non pas au bord de la mer cette fois mais à la montagne, qui commence.

Correspondance